Nous avons essayé le HTC Vive, le casque qui vous fera changer d’avis sur la réalité virtuelle

Par posté le 5 octobre 2015

Si d’habitude, nous n’avons pas l’habitude de nous enthousiasmer à l’égard de la réalité virtuelle, le casque de HTC, que nous avons pu essayer à l’occasion de l’IFA, en septembre dernier, nous a laissé des impressions très positives après un premier essai d’une quinzaine de minutes…

Contrairement aux autres casques de RV, le Vive s'utilise avec deux manettes qui permettent d'interagir avec le monde qui vous entoure.

Contrairement aux autres casques de RV, le Vive s’utilise avec deux manettes qui permettent d’interagir avec le monde qui vous entoure.

Vous avez sans douté déjà eu l’occasion d’essayer l’un de ces casques de réalité virtuelle, qui permettent, une fois couplé à un smartphone, de découvrir des environnements en 3D en tournant la tête à 360 degrés. Si le concept était novateur il y a encore quelques mois, la vaste majorité des propriétaires de casques de réalité virtuelle regrettent aujourd’hui leur achat, la faute à un manque flagrant de contenu pour le grand public. Le HTC Vive change la donne.

Contrairement aux autres constructeurs, HTC a développé un casque de réalité virtuelle qui fonctionne de paire avec deux contrôleurs qui permettent d’interagir avec le monde qui vous entoure. Cette approche différente permet de rendre la réalité virtuelle beaucoup plus intéressante à explorer, dans la mesure où l’utilisateur n’a pas la sensation d’être simplement plongé dans une vidéo à 360 degrés. Certes, la note risque de grimper bien au-delà des 500€, et il faudra très probablement consacrer une pièce entière de son habitation à l’utilisation du Vive, mais pour les passionnés, le casque de réalité de HTC représente le meilleur espoir d’interagir un jour avec un univers virtuel.

Durant l’IFA, nous avons eu l’occasion d’essayer le produit durant une quinzaine de minutes. Plusieurs démos nous ont été proposées. La plus intéressante était sans doute la plus simple, puisqu’il était question de dessiner à l’aide d’une palette d’artiste différentes formes de différentes couleurs dans un environnement en 3D. Concrètement, en utilisant l’un des deux contrôleurs, nous avons pu créer une fresque en 3D en utilisant la technique du light painting. Le résultat était non seulement très impressionnant – de par la précision des commandes -, mais ouvrait également de nombreuses possibilités en termes de créativité. Durant les autres démos, nous avons pu nous plonger au cœur d’une bataille rangée, explorer une épave de bateau, interagir avec les objets d’une cuisine et explorer une hutte de magicien en interagissant de différentes manières avec le décor qui nous entourait. Le résultat était tout bonnement époustouflant. D’une part parce que le rendu visuel était largement supérieur à tout ce que nous avons pu voir à ce jour – nous remercions d’ailleurs HTC d’avoir opté pour un écran de très haute résolution! D’autre part, parce que le fait d’interagir et de pouvoir se déplacer dans cet univers apporte un réel intérêt à la réalité virtuelle. Une fois le casque retiré, le retour à la réalité est d’ailleurs relativement difficile. Habitué à cette autre réalité, le cerveau a besoin d’un petit temps d’adaptation pour se replonger dans le monde réel. Et c’est bien là que l’on se rend compte de tout le potentiel de cette technologie révolutionnaire qui pourrait bouleverser à tout jamais nos habitudes d’ici quelques années, lorsqu’il sera possible de jouer à des titres comme Assassin’s Creed ou Call of Duty avec un casque de réalité virtuelle posé sur la tête.

Malheureusement, les détails sur la commercialisation du casque restent inconnus et HTC ne donne que très peu de précisions sur sa collaboration avec Valve. Aussi prometteur soit le produit, il faudra probablement attendre quelques années avant voir cette technologie se démocratiser et surtout séduire une vaste communauté de développeurs, sans qui la réalité virtuelle aura sans doute beaucoup de mal à décoller…

Actif dans les rubriques Eco et Lifestyle du journal, j’ai rejoint Le Soir il y a six ans pour une formidable aventure numérique. Globe-trotter passionné de photographie, je m’intéresse à tout ce qui touche aux nouvelles-technologies. Twitter : @etiennefroment

Articles similaires