Coup d’oeil sur le Microsoft Innovation Center de Mons

Par posté le 22 juillet 2015

Vous en avez sans doute entendu parler à son ouverture en septembre 2009, le Microsoft Innovation Center de Mons offre toujours, 6 ans plus tard, un pôle très intéressant pour le développement et l’accès aux nouvelles technologies. Nous nous sommes intéressés de plus près à ce centre d’innovation ainsi qu’à son partenariat avec Technocité, centre de compétence de la Région Wallonne. Renaud Dumont, “Developer Evangelist” au MIC, a eu la gentillesse de répondre à nos questions !

L'équipe du MIC © DR

L’équipe du MIC © DR

Commençons donc par une présentation de vous et du reste de l’équipe. Ca représente une équipe de quelle envergure, le MIC ?

Le MIC, c’est une petite équipe de 5 personnes. On y retrouve Xavier Bastin, le Directeur du MIC, spécialiste en accompagnement dans l’innovation et l’entrepreneuriat ; Martine Meunier, Office Manager, qui s’occupe de l’administration, de l’accueil des visiteurs et de la bonne organisation du MIC ; Tomas Gosselin, chargé de projet et responsable du matériel et de l’infrastructure ; et enfin Thomas D’Hollander et moi-même, tous deux Developer Evangelist, qui prodiguons conseils techniques, dispensons des séminaires technologiques et organisons des événements pour les développeurs de la région.

Ensuite, question simple, mais efficace, le MIC, c’est quoi ? Vous basez votre approche sur 4 piliers, pouvez-vous nous expliquer clairement en quoi ils consistent ?

Le MIC, c’est un centre qui répond à un besoin : celui des entreprises et porteurs de projets en Wallonie, à la recherche de conseils et de compétences techniques pour l’intégration des nouvelles technologies dans leurs business. L’approche du MIC a évolué au cours des années pour s’adapter à chaque fois aux besoins rencontrés sur le terrain. Les 4 piliers que vous retrouvez sur notre site web (rencontrer, apprendre, innover, entreprendre) résument ce que nous avons fait et appris ces dernières années.

Aujourd’hui, nous avons décidé de focaliser notre activité sur le prototypage logiciel rapide, permettant à tout un chacun, avec peu de moyens, de tester et valider un produit auprès de clients ou d’investisseurs potentiels. Nous nous positionnons donc à une autre étape dans le processus de création d’entreprise, là où il nous semblait y avoir un manque de soutien.

Il est donc important pour nous d’être en contact avec l’ensemble des développeurs de la région, car ce sont eux qui vont pouvoir répondre aux besoins du secteur, et c’est vers eux que nous souhaitons rediriger les porteurs de projet que nous accompagnons.

Les bureaux © DR

Les bureaux © DR

Quel est votre lien avec Technocité ? Et quelle est alors l’implication du centre de formation dans l’entité MIC ?

Notre lien avec Technocité, hormis le fait que nous soyons voisins, vient du fait que nos deux centres ont cette même passion pour les nouvelles technologies. Les développeurs en herbes peuvent venir chez nous pour une introduction aux nouvelles technologies ou des séminaires d’experts afin de découvrir un langage ou une technologie, et Technocité leur propose des formations de longues durées permettant de maîtriser ces technologies et devenir de futurs professionnels.

Une fois formés, les étudiants de Technocité peuvent passer des certifications officielles, valorisant leurs compétences, et cela peut se faire dans notre centre agréé Pearson Vue. Parce qu’il faut penser à l’après-Technocité. Et là encore, nous pouvons les aider en les faisant entrer dans notre réseau et en accompagnant ceux qui veulent créer leur propre activité.

Et concernant le reste des partenaires ? Je pense surtout à Microsoft, quelle est sa place exacte dans cet organisme ? Et les autres ?

Le MIC est un partenariat public-privé, dont le principal acteur privé est Microsoft. Les Microsoft Innovation Centers sont à la base une initiative de Microsoft, d’où le nom. Microsoft apporte beaucoup en matière d’accès à la technologie et en expertise technique. Le programme Bizspark (www.bizspark.be) est un exemple d’apport de Microsoft qui met gratuitement à disposition des entrepreneurs du secteur IT des logiciels, du support et des ressources en Cloud. Microsoft fournit également du matériel permettant aux développeurs passant par le MIC de tester leurs applications. Et enfin, ils apportent un large réseau d’experts techniques et business, et s’attachent à faciliter l’accès au marché aux jeunes entrepreneurs en utilisant ce réseau.

Historiquement, le MIC a toujours eu des partenaires complémentaires, que ce soit dans le milieu hardware (HP) ou encore télécom (VOO, Mobistar). Mais le MIC est toujours ouvert à d’autres partenariats avec des acteurs actifs dans le développement des nouvelles technologies ou le soutient à l’entrepreneuriat à travers l’innovation, par exemple dans les secteurs financiers, de la santé, ou encore de la production industrielle.

© DR

© DR

Concrètement, qui peut venir au MIC ? Pour y faire quoi, y apprendre quoi ? Est-ce qu’avoir Microsoft comme base ne vous bride pas dans l’évolution des formations où, du moins sur mobile, Apple et Google dominent le marché ?

Entrepreneurs, développeurs, designers, et toutes personnes curieuses des nouvelles technologies. Le MIC est clairement un endroit de rencontre, puisque beaucoup de professionnels s’y croisent. C’est donc un endroit idéal pour le networking. C’est également un endroit pour obtenir des conseils techniques auprès de nos experts, se former lors de nos séminaires, et découvrir de nouvelles techniques lors de nos afterworks. Le MIC met également à disposition ses salles de réunions et de conférences. Étant une petite équipe, nous n’occupons que très rarement tout l’espace à nous seuls. Mais si vous passez dans nos bureaux, vous constaterez que les salles sont souvent pleines de monde. Et si vous souhaitez également profiter d’une salle et de notre infrastructure (internet, projo, flipchart) pour, par exemple, une réunion importante avec l’un de vos futurs clients, il vous suffit de contacter Martine et de réserver une salle. C’est entièrement gratuit.

Le fait d’être soutenu par Microsoft n’empêche pas de travailler avec d’autres technologies. Les outils de Microsoft le permettent, par exemple Visual Studio 2015 que vous pouvez utiliser aussi bien pour développer des applications Windows que des apps iOS ou Android natives. Visual Studio Code, un nouvel éditeur léger est une alternative intéressante pour les développeurs web et fonctionne aussi bien sur Windows que sur OS X et sur Linux. Enfin, les services Cloud proposés par Microsoft sous le nom de Microsoft Azure sont ouverts à toutes technologies.

De notre côté, nous travaillons avec tous les acteurs locaux, quelles que soient leurs affinités. Lorsqu’il s’agit de devoir nous-mêmes accompagner un projet au niveau développement, nous privilégions les technologies Microsoft parce qu’il s’agit de notre domaine d’expertise. C’est par exemple le cas pour les stages que nous organisons annuellement (www.stage-it.be). Mais si un porteur de projet vient nous voir avec des contraintes technologiques que nous ne maitrisons pas, nous pouvons tout de même l’accompagner en impliquant l’un des nombreux acteurs de la région.

Est-ce qu’il y a d’autres Microsoft Innovation Center en Belgique ?

Il y a en effet deux autres MIC en Belgique, et plus d’une centaine à travers le monde. Celui de Mons est le premier historiquement en Belgique, et a déjà été récompensé comme étant le MIC le plus innovant au monde pour son aide apportée aux startups et porteurs de projets. Les autres MIC ont leur propre spécialité : le cloud computing pour le MIC Brussels, et la santé pour le MIC Vlaanderen.

Est-ce que ce centre d’innovation a un impact sur la région ? On le voit, Mons accueil énormément de sociétés innovantes, pensez-vous qu’il s’agit d’une dynamique commune à la région et aux grosses entreprises technologiques qui y voient une terre d’accueil, ou est-ce que l’approche de Microsoft est particulièrement singulière et unique dans la région ?

Au cours des cinq dernières années, le MIC a contribué à la création d’une centaine d’emplois par an, et a su mettre en place une dynamique régionale créée autour de l’économie IT de par son approche innovante en matière d’accompagnement. On peut constater son impact aux vues du nombre d’entreprises IT créées dans la région de Mons autour du MIC.

Microsoft a été le premier gros acteur à avoir perçu le potentiel de développement en Wallonie et à s’y être investi, à travers le Microsoft Innovation Center. Sa particularité est d’avoir une approche basée sur le partenariat avec les acteurs locaux, en s’impliquant et soutenant les projets existants, et en apportant un nouvel élan d’innovation. Le MIC a toujours voulu s’inscrire dans la politique régionale de soutien à l’innovation et à l’entrepreneuriat, et nous continuerons bien évidemment dans cette direction en contribuant notamment au nouveau Plan wallon numérique initié par Jean-Claude Marcourt et l’Agence du Numérique.

A.L.

Articles similaires