Microsoft licencie 7800 employés et revoit ses priorités dans le mobile

Par posté le 8 juillet 2015

Il fallait s’y attendre. Depuis leur acquisition par Microsoft, les smartphones de Nokia n’avaient pas vraiment connu le succès escompté. En conséquence, le groupe informatique lâche aujourd’hui du lest, tout en revoyant ses priorités.

 © AFP

© AFP

Il semble bien loin, le temps où Microsoft se reposait sur la célébrité de la marque Nokia pour vendre ses smartphones. Le groupe informatique, qui avait racheté la division mobile de Nokia au prix fort (7,2 milliards de dollars) en 2014, avait déjà laissé entrevoir l’issue qui attendait son système d’exploitation Windows Phone. Au cours de ces dernières semaines, deux cadres de la division mobile, Jo Harlow et l’ex-CEO de Nokia Stephen Elop, avaient quitté la multinationale. Les derniers résultats trimestriels du groupe ne montraient également aucune progression des ventes sur le segment du mobile, avec une gamme “Lumia” dont les volumes de ventes stagnaient sous la barre des 10 millions d’unités vendues par trimestre.

Aujourd’hui, Microsoft confirme ce que les analystes clamaient depuis quelques mois : l’acquisition de Nokia était une erreur, et le groupe informatique paye cash son erreur. Microsoft vient en effet d’annoncer une dépréciation complète de sa division mobile, qui aurait fait perdre plus de 7,6 milliards de dollars au groupe informatique. Le groupe annonce également la suppression de plus de 7.800 emplois, principalement liés à l’acquisition de Nokia.

L’année dernière, Microsoft avait déjà annoncé la suppression de plus de 18.000 emplois liés à son activité mobile.

“Nous nous écartons d’une stratégie d’expansion de notre département mobile pour une stratégie de croissance de l’écosystème Windows, lequel intègre notre famille de terminaux mobiles” a déclaré Satya Nadella dans un mémo interne, avant d’ajouter “A court-terme, nous serons à la tête d’un portfolio de produits plus efficace.”

S’il n’est donc pas question d’abandonner le mobile, Microsoft reconnaît aujourd’hui l’une des plus grosses erreurs commises sous l’ère Ballmer et tente de sauver les meubles en se recentrant sur trois marchés centraux : le low-cost, avec ses terminaux d’entrée de gamme, qui représentent l’essentiel des ventes, les business avec des fonctions axées vers les entreprises, et les flaghships, comme le supposé Lumia 940, qui devrait être la nouvelle vitrine du système d’exploitation. L’objectif est vraisemblablement de laisser le champ libre aux partenaires dans le milieu de gamme (200-600€) et de reprendre le rôle de BlackBerry en courtisant administrations et entreprises avec des smartphones aux fonctionnalités très riches, sécurisés et capables de se convertir en véritables ordinateurs portables grâce à la technologie Continuum.

Reste à présent à voir si ce changement de stratégie aura un impact positif sur les activités du groupe, qui subit plus que jamais la concurrence d’Apple et de Google sur le segment des mobiles.

Actif dans les rubriques Eco et Lifestyle du journal, j’ai rejoint Le Soir il y a trois ans pour une formidable aventure numérique. Globe-trotter passionné de photographie, je m’intéresse à tout ce qui touche aux nouvelles-technologies. Twitter : @etiennefroment

Articles similaires