Les Anonymous partagent les coordonnées de djihadistes sur Twitter

Par posté le 6 mars 2015

Les Anonymous ont mis leurs menaces à exécution en publiant les coordonnées de plusieurs djihadistes présumés de l’Etat islamique sur l’un de leurs nombreux comptes Twitter.

antiisis

Des profils complets

Les Anonymous ont publié sur l’un de leurs comptes Twitter les coordonnées de plusieurs djihadistes présumés de l’Etat islamique. Outre les noms, prénoms et lieux de résidence, le groupe d’hacktivistes publie également des numéros de téléphone, adresses email et photos des djihadistes présumés.

Les données en question peuvent être utilisées par les réseaux sociaux, pour désactiver les comptes des djihadistes en question, mais aussi par les autorités compétentes. Le groupe d’hacktivistes entend coopérer ainsi avec les organisations gouvernementales en charge de la sécurité de l’état.

Une opération qui pourrait interférer avec la justice

A la suite de l’attaque des locaux de Charlie Hebdo, les Anonymous avaient annoncé une vaste riposte contre l’Etat islamique sur les réseaux sociaux. Applaudie par les internautes, l’opération avait néanmoins suscité quelques réactions du côté des enquêteurs, qui estimaient que la publication de données personnelles pourrait interférer avec le travail des experts. « À partir du moment où l’on s’attaque à leurs réseaux où ils communiquent, on interfère dans le travail des enquêteurs » expliquait à l’époque Olivier Laurelli, expert en sécurité informatique.

Qui sont-ils?

Tentaculaire, le mouvement regroupe plusieurs centaines de cellules locales, qui communiquent rarement entre elles, et qui choisissent leurs propres missions. Chaque internaute étant libre de se proclamer Anonymous et de créer sa propre cellule, on retrouve un large éventail de profils dans les rangs des Anonymous. Du père de famille adepte des théories du complot au pirate qui se transforme en justicier le temps d’un week-end, les profils de ceux qui contribuent aux opérations des Anonymous sont plutôt variés. Et c’est justement ce qui fait toute sa richesse. En dépit de plusieurs arrestations, le mouvement poursuit ses activités grâce à ses membres, toujours plus nombreux, et très difficiles à identifier en raison de la structure même du groupe, qui fonctionne avec une myriade de satellites indépendants les uns des autres.

Actif dans les rubriques Eco et Lifestyle du journal, j’ai rejoint Le Soir il y a trois ans pour une formidable aventure numérique. Globe-trotter passionné de photographie, je m’intéresse à tout ce qui touche aux nouvelles-technologies. Twitter : @etiennefroment

Articles similaires