UE : pas de suppression des frais d’itinérance, mais une baisse probable des tarifs

Par posté le 2 février 2015

Le Conseil européen a choisi de balayer du revers de la main une mesure validée par le Parlement européen, qui entendait supprimer définitivement les frais de roaming. En compensation, la présidence lettonne a néanmoins soutenu une nouvelle proposition qui prévoit une baisse importante des tarifs d’itinérance.

-

Véritable frein pour l’économie numérique, le roaming, ces frais supplémentaires facturés par les opérateurs lorsqu’un citoyen belge passe des coups de fil ou surfe depuis l’étranger, était censé disparaître progressivement avant la fin de l’année 2015. Soutenue par le Parlement européen, qui avait validé la disparition des frais de roaming, le projet s’est néanmoins heurté à un mur. Le Conseil européen vient en effet de marquer son opposition à la suppression des frais d’itinérance, craignant de voir le marché des télécoms déstabilisé.

Car si la suppression des frais de roaming a un intérêt certain pour le consommateur et les startups spécialisées dans le développement d’applications, un “marché unique” effraye raisonnablement les opérateurs nationaux, qui pourraient voir des milliers de clients quitter le navire pour opter pour des offres plus avantageuses des opérateurs transnationaux, comme Vodafone, ou de plus petits concurrents installés dans les pays de l’Est.

Si les frais de roaming ne devraient donc pas disparaître avant un moment, le Conseil européen a néanmoins introduit une proposition qui contenterait la plupart des états membres, en l’occurrence, une baisse importante des tarifs de roaming, qui ferait diminuer le prix des appels sortants de 19 cents à 5 cents la minute, des SMS de 6 à 2 cents, et du Mo de données de 20 à 5 cents. Une proposition qui aura le mérite de faire diminuer la facture du consommateur tout en permettant aux opérateurs d’éviter de boire la tasse. Reste que vu les enjeux d’une telle réforme, “l’itinérance” risque de rester une question épineuse pour quelques années encore au sein de l’Union Européenne…

Actif dans les rubriques Eco et Lifestyle du journal, j’ai rejoint Le Soir il y a trois ans pour une formidable aventure numérique. Globe-trotter passionné de photographie, je m’intéresse à tout ce qui touche aux nouvelles-technologies. Twitter : @etiennefroment

Articles similaires