Disponible depuis la semaine dernière en Technical Preview, Windows 10 suscite déjà la polémique. En cause? Une déclaration de confidentialité qui ouvre de nouvelles portes à Microsoft pour la collecte d’informations.

windows10full

Si vous avez tenté d’installer la version preview de Windows 10 sur votre PC, vous avez sans doute remarqué une déclaration de confidentialité fort différente de celle qu’on trouvait dans les précédentes versions de l’OS. La firme de Redmond se réserve en effet le droit de récolter des données très personnelles, comme les noms, adresses de messagerie, préférences, centres d’intérêt, historiques de navigation, recherches, fichiers, appels émis et même la manière avec laquelle les gens utilisent leurs applications. Bref, tout ou presque sera transmis à Microsoft.

Vu que tout est noté noir sur blanc, on ne peut pas vraiment parler de backdoor, et comme l’indique Microsoft, les données récoltées visent à améliorer les différents produits. Il n’y a donc en théorie pas lieu de s’alarmer, d’autant plus qu’il s’agit d’une version de test, et que la plupart des participants sont censés être au courant des conditions d’utilisation. Mais cela n’a pourtant pas empêché les internautes de s’indigner vis-à-vis de la politique de Microsoft.

La firme de Redmond s’est pour sa part contentée de rappeler que les données récoltées dans la preview sont cryptées et ne seront accessibles uniquement que par certains employés de Microsoft. En outre, la déclaration de confidentialité de Windows 10, dans sa version finale, devrait être différente. En effet, il s’agit ici d’une version de test soumise au public dans le but d’améliorer le produit avant sa sortie. En toute logique, Microsoft adapte donc les paramètres de confidentialité pour récolter le plus grand nombre de données possibles sur les premiers essais des utilisateurs. Suffisant pour rassurer?