Un journaliste de Wired s’est livré à un petit exercice de style sur Facebook en aimant tous les statuts, photos et articles publiés par ses connaissances et pages suivies pendant 48 heures.

© AFP
© AFP

Pendant 48 heures, Mat Honan a testé les limites de l’algorithme de Facebook en aimant tout et n’importe quoi dans son fil d’actualité. Sans surprise, les effets de son “expérience” n’ont pas tardé à se faire sentir sur son fil d’actualité.

Dans un article publié sur Wired, il explique comment Facebook a entièrement réorganisé son fil d’actualité en prenant en compte tous ses “likes” sur le réseau social. Comme il l’explique, son expérience l’a conduit à aimer aussi bien des statuts postés par des amis que des pages associées à des sites, artistes ou musiciens, sans oublier bien sûr des articles postés par des médias et des publicités indirectes de marques.

Facebook, qui utilise un algorithme pour déterminer le contenu à mettre en avant sur le fil d’actualité de l’utilisateur, manipule les membres du réseau social à leur insu, en ne faisant passer dans le fil principal que les éléments susceptibles de leur plaire, tels que les statuts les plus populaires de leurs amis, quelques articles en rapport avec d’autres sujets appréciés du lecteur, et bien sûr des publicités contextualisées.

Comme l’explique l’article de Wired, aimer tout et n’importe quoi sur Facebook a pour effet de rendre le fil d’actualité encore plus chaotique qu’il ne l’est en général. Très vite, le fil d’actualités de Mat a été envahi par des posts sponsorisés du Huffington Post, des dizaines d’articles de médias américains, des messages publicitaires de marques, sans aucun rapport les uns avec les autres.

L’expérience conduite par Mat a permis de démontrer que l’algorithme utilisé par Facebook n’a qu’un seul et unique objectif : mettre en avant du contenu sponsorisé. Avant l’expérience, le flux d’actualité de Mat était composé de statuts de ses amis et de posts sponsorisés. Après 48 heures, l’essentiel de son flux d’actualités ne mettait en avant que des messages sponsorisés…

En d’autres termes, mieux vaut éviter d’aimer tout et n’importe quoi sur Facebook, si vous ne voulez pas voir votre fil d’actualité envahi par la publicité…

L’article de Wired.