Aimer tout et n’importe quoi sur Facebook remplit votre mur de publicités

Par posté le 13 août 2014

Un journaliste de Wired s’est livré à un petit exercice de style sur Facebook en aimant tous les statuts, photos et articles publiés par ses connaissances et pages suivies pendant 48 heures.

© AFP

© AFP

Pendant 48 heures, Mat Honan a testé les limites de l’algorithme de Facebook en aimant tout et n’importe quoi dans son fil d’actualité. Sans surprise, les effets de son “expérience” n’ont pas tardé à se faire sentir sur son fil d’actualité.

Dans un article publié sur Wired, il explique comment Facebook a entièrement réorganisé son fil d’actualité en prenant en compte tous ses “likes” sur le réseau social. Comme il l’explique, son expérience l’a conduit à aimer aussi bien des statuts postés par des amis que des pages associées à des sites, artistes ou musiciens, sans oublier bien sûr des articles postés par des médias et des publicités indirectes de marques.

Facebook, qui utilise un algorithme pour déterminer le contenu à mettre en avant sur le fil d’actualité de l’utilisateur, manipule les membres du réseau social à leur insu, en ne faisant passer dans le fil principal que les éléments susceptibles de leur plaire, tels que les statuts les plus populaires de leurs amis, quelques articles en rapport avec d’autres sujets appréciés du lecteur, et bien sûr des publicités contextualisées.

Comme l’explique l’article de Wired, aimer tout et n’importe quoi sur Facebook a pour effet de rendre le fil d’actualité encore plus chaotique qu’il ne l’est en général. Très vite, le fil d’actualités de Mat a été envahi par des posts sponsorisés du Huffington Post, des dizaines d’articles de médias américains, des messages publicitaires de marques, sans aucun rapport les uns avec les autres.

L’expérience conduite par Mat a permis de démontrer que l’algorithme utilisé par Facebook n’a qu’un seul et unique objectif : mettre en avant du contenu sponsorisé. Avant l’expérience, le flux d’actualité de Mat était composé de statuts de ses amis et de posts sponsorisés. Après 48 heures, l’essentiel de son flux d’actualités ne mettait en avant que des messages sponsorisés…

En d’autres termes, mieux vaut éviter d’aimer tout et n’importe quoi sur Facebook, si vous ne voulez pas voir votre fil d’actualité envahi par la publicité…

L’article de Wired.

Actif dans les rubriques Eco et Lifestyle du journal, j’ai rejoint Le Soir il y a trois ans pour une formidable aventure numérique. Globe-trotter passionné de photographie, je m’intéresse à tout ce qui touche aux nouvelles-technologies. Twitter : @etiennefroment

Articles similaires

5 Comments

  1. Zorro

    13 août 2014 at 15 h 22 min

    Contrairement à la langue d’Esope, fessebouc est la pire des chaose !

  2. Olm-e

    13 août 2014 at 15 h 40 min

    Pour info, un collègue et compatriote artiste numérique a lancé un projet qui fait ça depuis quelques temps déjà : Love Machine http://w.xuv.be/projects/love_machine
    Je vous conseille de faire une entrevue avec ce jeune homme, ça ajoutera un goût de contenu original à votre canard. Parce qu’encore et toujours, les gros titres passent mieux les nouvelles d’outre atlantique que celles de notre plat pays…
    cordialement.

    • Oldstick

      15 août 2014 at 15 h 58 min

      Et, bien entendu, le-dit jeune homme, c’est vous !

  3. Pinoo

    15 août 2014 at 9 h 02 min

    Hellow :) Facebook et aussi Twitter ne servent plus qu’à ça. Fini les beaux débuts en 2008. Maintenant, tout y est publicitaire, sponsoring et même politique. Exemple? La Belgique avait gagné contre la Russie au Mondial en juin. Et le PS félicitait les Diables en ajoutant une publicité sur Facebook. A la fin du Mondial, à la mi-juillet, cette même pub du PS trônait toujours dans les colonne de Facebook. Et quand on sait que cela coûte la peau des fesses chaque jour, au moins 40€ quotidien et cela dépend de la zone et des utilisateurs qu’on veut couvrir, ou bien le PS paye ou bien il y a des arrangements. Aussi ces réseaux sociaux n’ont plus rien de social mais c’est bel et bien un réseau publicitaire. Et Twitter a bien changé également. Finis les simples tweet… :)

  4. Pingback: » Blog Archive » facebook: Revers de la médaille…

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>