Google commence à appliquer le droit à l’oubli

Par posté le 26 juin 2014

Google a commencé à appliquer le «droit à l’oubli» prescrit par la Cour européenne de Justice: des liens dont les internautes avaient demandé la suppression ont disparu des résultats de recherches, a indiqué à l’AFP l’agence d’e-réputation Reputation VIP.

google

© AFP

«Grâce à nos algorithmes, nous avons constaté que des pages ont été déréférencées», a expliqué jeudi le patron de l’agence Bertrand Girin, capture d’écran à l’appui.

Lors d’une recherche avec le nom d’une personne, Google ne montre plus certains résultats et appose la mention: «certains résultats peuvent avoir été supprimés conformément à la loi européenne sur la protection des données».

La Cour européenne a décidé que les moteurs devaient supprimer la référence aux pages périmées ou non-pertinentes concernant une personne, après la plainte d’un internaute espagnol qui voyait apparaître des liens vers un article de 1998 sur une saisie immobilière le concernant.

Début juin, Google a mis en ligne un formulaire permettant aux internautes de demander le déréférencement d’une page sur eux. Après 4 jours, le site avait déjà reçu 41.000 demandes.

Google précise qu’il n’accepte de supprimer la référence que si les résultats sont «inadéquats, pas ou plus pertinents ou excessifs» et que chaque demande individuelle est examinée pour «trouver un juste équilibre entre les droits d’un individu à contrôler ses données personnelles et le droit du public à accéder à ces informations et à les diffuser».

Mais il rappelle qu’il peut supprimer la référence mais non la page elle-même, et ne supprime la référence que pour les recherches comportant le nom de la personne. De plus, Google supprime ces résultats uniquement pour des recherches effectuées sur ses pages européennes. Ainsi une recherche sur Google Canada pourra faire apparaître les références supprimées sur Google France.

La création de ce droit à l’oubli numérique répond à un souci croissant des internautes de contrôler leur réputation en ligne et de protéger leurs données personnelles.

De nombreuses entreprises proposent d’éliminer ou de rendre moins visibles les informations négatives à leur sujet. ReputationVIP propose par exemple un service en ligne baptisé «Forgetme», qui propose à chacun de détecter les informations lui «portant préjudice» avec un formulaire pour réclamer leur élimination des recherches sur Google.

[ AFP. ]

Journaliste high-tech spécialisé dans l’actualité Apple et le monde de l’entrepreneuriat. Je suis également community manager au Soir.be.

Suivez-moi sur Twitter : @alexcolleau

Articles similaires

Un commentaire

  1. Cisveo vidéo surveillance

    27 juin 2014 at 10 h 23 min

    C’est déjà un bon début que de tenter de protéger les données personnelles de chacun ainsi que leur image. En revanche, l’internet est véritablement un lieu que les entreprises ne peuvent maîtriser complètement. Une veille continuelle de l’e-réputation est nécessaire pour contrôler son image sur le web.
    C’est un article intéressant, merci pour cet apport d’information et bonne continuation.

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>