Le téléchargement illégal en recul en Belgique

Par posté le 21 octobre 2013

Selon la BEA (Belgian Entertainment Association), l’offre illégale serait en net recul en Belgique. Au cours des derniers mois, les visites sur les plateformes qui proposent de télécharger du contenu illégalement auraient chuté de 12,7%.

© AFP

© AFP

En l’espace d’un an seulement, le téléchargement illégal a connu son plus gros revers. Selon la BEA, les visites sur les plates-formes qui proposent de télécharger du contenu illégalement auraient chuté de 12,7% sur le territoire belge. Un recul qui s’expliquerait par l’effondrement du P2P (Peer2Peer, le téléchargement “indirect”). Entre le mois de juillet 2012 et le mois de juillet 2013, le P2P aurait reculé de 46% en Belgique. En cause? Le blocage par des fournisseurs d’accès de certaines plates-formes illégales, comme The Pirate Bay, et les réseaux P2P.

«Cela montre que nous devons continuer dans ce sens afin de protéger le consommateur avec une offre diverse et sûre. C’est également une garantie pour que les producteurs puissent continuer d’investir dans la créativité et que les travailleurs du secteur créatif puissent se développer dans cadre dans lequel ils peuvent être rémunérés pour leur créativité et leur travail», explique Olivier Maeterlinck, directeur général de la BEA.

Cet effondrement du P2P accompagne une forte croissance de l’offre légale en Belgique. En un an, le streaming musical et le téléchargement légal de musique ont connu une croissance de 30,2%, tandis que la VOD a bondi de 45,6%. Plus simples à utiliser, mais également beaucoup plus sûrs pour les utilisateurs, les services légaux se développent progressivement sur notre territoire. Aujourd’hui, il existerait près d’une cinquantaine de sites et services proposant leurs services en Belgique. D’iTunes à Spotify, en passant par Deezer, Rdio, les services à la demande de Belgacom et de RTL, le consommateur dispose aujourd’hui d’un large éventail de possibilités pour consommer légalement du contenu, à des tarifs souvent beaucoup plus attractifs que par le passé.

D’ici la fin de l’année, un autre grand nom du streaming devrait s’ajouter à cette liste, puisque Netflix est supposé lancer ses services sur le territoire belge. Le géant américain devrait proposer aux internautes belges un service de vidéo à la demande illimité pour un abonnement mensuel d’environ 10€.

Paradoxalement, si l’offre illégale enregistre un recul, elle poursuit son développement et enregistre même une forte progression sur plusieurs segments. Ainsi, de plus en plus de belges utilisent des services de streaming illégaux qui permettent de visionner un film ou une série sans engagement. Si les conclusions tirées par la BEA sont donc plutôt positives, il semblerait que le bras de fer entre l’offre légale et l’offre illégale ne soit pas encore gagné pour les fournisseurs de contenu, qui devront faire face à de très gros enjeux au cours des trois prochaines années.

On en parle sur le forum.

Actif dans les rubriques Eco et Lifestyle du journal, j’ai rejoint Le Soir il y a trois ans pour une formidable aventure numérique. Globe-trotter passionné de photographie, je m’intéresse à tout ce qui touche aux nouvelles-technologies. Twitter : @etiennefroment

Articles similaires

6 Comments

  1. Pingback: Le téléchargement illégal en recul en Belgique – Le Soir | SMS4U

  2. bagou01

    21 octobre 2013 at 15 h 25 min

    “les travailleurs du secteur créatif puissent se développer dans cadre dans lequel ils peuvent être rémunérés pour leur créativité et leur travail”

    haha…

    les “travailleurs du secteur créatif” comprendront ce ‘haha’ …

    • Raf

      21 octobre 2013 at 17 h 12 min

      ha ha en effet !

  3. n-g

    21 octobre 2013 at 17 h 55 min

    La BEA est très très partial dans ce secteur. C’est comme demander à l’industrie du tabac s’ils pensent que leur nouveau produit est meilleur pour la santé.

    Difficile de les croire quand on voit réguliérement des articles démontrant le calvaire de se procurer légalement un contenu numérique avec les plateformes légales.

    Conclusion contradictoire aussi sur le fait qu’un artiste ne touchera quasiment rien de la part de Spotify (c’est légal, les gens de la BEA touchent leur petit pactolle, le créateur que dalle, et on prétend défendre la culture). Donc une augmentation des plateformes comme Spotify peut traduire une diminution des revenus du créateurs (pour peu qu’à côté de ça, les ventes physiques diminuent, ce qui serait logique).

  4. Adrien

    21 octobre 2013 at 19 h 45 min

    Je n’attend qu’une chose ! Netflix !
    10 euros par mois (voir moins) pour tous les films (ou presque) en streaming en illimité ! C’est moins cher que la télé dis, donc bye bye la télédis, et bonjour netflix !

    Pourquoi on télécharge des films ? Parce qu’il n’y a rien à la télé. Il y a un film bien tous les 6 mois … Le problème est là ..

    • SofTeac

      1 février 2014 at 12 h 11 min

      Que ce soit netfix ou Qvivo (ou d’autres qu je ne vais pas citer de peur que le journaliste se fasse une fixette) , C’EST DE LA (censuré pour le bien de tous) en boite.

      Cause : DRM , virus, zombie , codec exotiques etc etc ….

      Seul un se démarque de tous les autres car 100% gratuit, crypté et libre : cliquez sur mon avatar.

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>