L’économie numérique en Europe est à la traine. Pour accélérer son développement, la Commission Européenne lance “Eurapp”, une vaste étude qui vise à mieux comprendre le marché de l’économie numérique en Europe et à dégager quelques pistes pour aider les jeunes startups européennes à rivaliser avec leurs concurrents américains.

© Etienne Froment
© Etienne Froment

A la traine, l’Europe tente de rattraper le retard accumulé face aux Etats-Unis en stimulant son économie numérique. La semaine passée, la Commission Européenne présentant son nouveau programme d’étude Eurapp, qui vise à mieux comprendre le marché des applications mobiles en Europe et à dégager des pistes pour aider les développeurs dans leur travail.

Le projet, pris en charge par GigaOM et l’université de Galway (Irlande) vise à identifier les principaux problèmes auxquels sont confrontés les développeurs d’applications en Europe.

“C’est un marché très dynamique et en très forte croissance” explique Maciej Dabrowski, docteur en recherche et en charge du programme Eurapp. “L’Union Européenne doit trouver une parade à la Silicon Valley en attirant des talents.”

Le problème, “c’est qu’il n’y a pas de culture de l’échec chez nous” explique un responsable de l’enquête chez GigaOM. “Il y a peu de startups orientées Web en Europe, les entrepreneurs doivent se débrouiller tout seul et seulement 20% des projets peuvent être considérés comme rentables.”

Du côté des développeurs, c’est toujours le même refrain qui revient. “Il n’y a pas d’argent en Europe.” Les Business Angels se trouvent aux Etats-Unis et il n’est pas rare de voir une jeune startup européenne déménager pour commencer une nouvelle aventure sur le nouveau monde. L’exode continue, sans que personne ne semble avoir trouvé de parade.

Mais la Commission Européenne croit en son projet. Certes, il y a peut-être moins de Business Angels sur le vieux continent, mais des entreprises comme Rovio, Deezer, Spotify, SoundCloud prouvent qu’il existe un marché du numérique chez nous.

Aux Etats-Unis, plus de 500.000 jobs auraient été créés grâce à l’économie numérique, et ce, depuis 2007. Les principaux défis auxquelles les startups sont confrontées sont liées à un manque d’expérience et de connaissances dans des secteurs que les développeurs et graphistes ne maitrisent que très peu (législation, business international, marketing,…)

Dans un premier temps, Eurapp se contentera d’étudier le marché. Mais une fois l’étude bouclée, la Commission Européenne prendra des mesures appropriées pour stimuler l’économie numérique. Une stimulation qui pourra prendre plusieurs formes. “Programmes d’entrainement, financement et bien plus encore.”

En novembre prochain, Eurapp présentera les premiers résultats de son étude et appellera à la barre plusieurs développeurs pour qu’ils expriment leurs besoins. La Commission Européenne étudiera alors le dossier rendu par GigaOM et adaptera ses plans pour répondre aux besoins de l’économie numérique. Car la Commission l’a bien compris : l’Europe est en crise, et l’économie numérique représente un véritable facteur de relance. Reste que les disparités entre les différentes zones géographiques de l’Europe risquent de favoriser les pays avec une économie numérique déjà active, comme le Royaume-Uni, l’Allemagne, la Suède ou les Pays-Bas…

On en parle sur le forum.