L’impact négatif d’iOS sur Android du point de vue du développement

Par posté le 2 avril 2013

La bataille entre les deux plateformes mobiles se passe également dans les sphères informatiques où les programmeurs doivent parfois se restreindre sur Android à cause d’Apple.

android-ios-icons

Des icônes plus distinctes sur Android...

Raisonnement irrationnel ? Pas tout à fait. Lorsqu’une entreprise décide d’être présente dans les kiosques mobiles, elle dresse un cahier des charges transmis ensuite aux mains qui devront transformer le concept en code. Vu l’impact d’iOS dans les processus décisionnels du segment, les demandeurs se limitent souvent aux fonctionnalités de l’iPhone ou de l’iPad alors qu’Android a nettement plus à offrir, notamment au niveau du partage, des widgets, des notifications mais également sur d’autres petits détails qui font que finalement, certaines applications du Google Play ressemblent tellement à leur pendant iOS qu’elles en deviennent incohérentes.

Cette conclusion est née du constat de Ian G. Clifton, directeur de l’expérience utilisateur, en charge du développement Android dans une agence de Seattle. Il point les possibilités innées de partage d’éléments de la plateforme de Google vers les services qui souhaitent en profiter alors qu’iOS se limite à Facebook et Twitter. Il regrette que les widgets ne soient pas davantage exploités, tout comme les notifications interactives.

Le plus amusant se situe sur les écrans de démarrage. En effet, sous iOS, pendant que l’application dessine son interface, les développeurs choisissent d’afficher en plein écran le logo du service. Sous Android, cette étape est nettement plus rapide et ne requiert donc pas cette sorte de cache misère. Sa présence n’est donc que l’influence d’Apple sur le développement des applications mobiles.

Autre fonctionnalité: la synchronisation en veille. Il est possible de demander le téléchargement de contenu (flux RSS, podcast, etc.) uniquement en Wi-Fi à une certaine heure lorsque le téléphone est toujours branché sur le secteur. Ceci pour que l’utilisateur puisse profiter directement de ce contenu quelques heures plus tard. Toutefois, cette option est peu usitée puisque sous iOS, le réveil d’une application ne se fait que, pratiquement, lorsqu’elle est lancée, réduisant de fait les possibilités de synchronisation en veille.

Les applications Android peuvent parfois capter une adresse internet afin de la récupérer automatiquement et de l’exploiter judicieusement. C’est le cas pour YouTube et Instagram, par exemple. Le concept étant rudement différent sous iOS, l’intégration de cette possibilité débouche souvent sur des incompatibilités qui pénalisent à nouveau la plateforme de Google.

Le dernier point est plus amusant. Il concerne les icônes qui finissent par toutes se ressembler à force d’imposer les bords arrondis. Mais cela est nettement plus subjectif.

Source: le blog de Ian G. Clifton.

On en parle sur le forum

Articles similaires:

2 Comments

  1. Lucb51

    2 avril 2013 at 22 h 03 min

    Sur Android (j’avais un nexus s) , j’avais souvent des applis ou widget qui tournaient en tâche de fond sans que je le sache , ça me vidait la batterie et j’avais du mal à trouver laquelle ou quel paramètre désactiver ou désinstaller . Trop de liberté ou de possibilité mal contrôlé ou mal maîtrisé ça dévient insupportable . Donc je suis retourner sur iOS (iphone4 ou là je me retrouve pas avec 4h d’autonomie en veille.
    Après chacun son choix , Android à les défauts de ses qualités.

  2. Johan

    5 avril 2013 at 9 h 40 min

    De ma petite expériences, les clients veulent une appli iOS et parfois une appli iOS sur Android.
    C’est à dire que j’ai dû adapter le design iOS sur une appli Android et le client voulait que ça ressemble le plus possible à la version iPhone.

    Du coup, iOS a aussi un impact négatif sur Android du point de vue des décisionnels…

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>