CheckThis lève 900.000 dollars à New York

Par posté le 12 juin 2012
PHOTO RENE BRENY

PHOTO RENE BRENY

En mars dernier, nous nous demandions si la startup CheckThis allait se lancer à la conquête des Etats-Unis. Nous pouvons maintenant vous dire que ce sera bien le cas puisque elle va annoncer aujourd’hui qu’elle a levé aux environs de 900.000 dollars dans un premier round d’investissement à New York. Le déménagement pour la ville à la pomme est prévu pour juillet.

Rencontre ce matin, au Café de la Presse à Bruxelles, avec Fred della Faille et Melvyn Hills, cofondateurs de CheckThis.

La dernière fois que nous avons été en contact vous étiez de retour des USA où vous aviez été à la rencontre d’investisseurs potentiels. A l’époque, vous ne pouviez encore rien annoncer. Ce qui n’est plus le cas maintenant…

Non, en effet. Nous avons le plaisir de vous annoncer que CheckThis vient de lever aux alentours de 900.000 dollars. Notre équipe est passée de deux à huit. Et nous allons déménager à New York, certainement en juillet.

Rappelez-nous succinctement ce qu’est CheckThis ?

Logo CheckThisL’idée de base était d’avoir une offre qui se situe entre l’instantané Twitter et le blog, qui demande une démarche à plus long terme. Nous ne sommes donc pas un website builder mais le prolongement d’un tweet. Chaque page de peut, en fait, être considérée comme un long tweet. Tout cela avec une volonté de facilité, de légèreté… Sans devoir s’inscrire, sans une multitude de boutons… Pour le moment, quelque 4.000 pages sont créées tous les mois et ce, depuis octobre 2011. Cela va de l’annonce d’un concert à la vente d’une voiture en passant par une pétition…

Maintenant que vous avez levé ces fonds, que va-t-il se passer ? De quoi est fait votre futur proche ?

L’idée est, comme je l’ai déjà dit, d’aller nous installer à New York afin de nous trouver proches de nos investisseurs mais surtout pour être au milieu d’un environnement propice au développement de notre startup. Pour le moment, le centre névralgique de CheckThis est à Wavre. On bosse avec des mecs géniaux mais nous passons déjà beaucoup de temps là-bas et c’est fou comment les choses avancent plus vite grâce aux rencontres que nous avons déjà faites. Il y a une telle énergie à New York. Même le maire de la ville s’implique pour les startups. Une fois aux States, nous allons nous mettre à fond sur le développement de CheckThis. On va pouvoir être hyper agressif dans tout ce que l’on entreprendra. L’idée sera de tester, de jouer et de développer la communauté autour de Checkthis.

Quel pourcentage de votre société avez-vous laissé à vos investisseurs ?

Nous n’avons pas vocation à en parler pour l’instant mais je peux vous dire que le deal est très avantageux pour nous. Il y a une différence fondamentale entre les investisseurs US et ceux de chez nous. Ils sont supers courtois, protecteurs et réalistes quant aux possibilités futures d’un tel produit. En Belgique, on vous demande de gagner de l’argent, d’avoir un business model… avant d’investir sérieusement dans votre société.

D’ailleurs, vous étiez l’un de ceux qui a réagi lorsque nous avions publié l’interview de José Zurstrassen, qui disait qu’il y avait de l’argent en Belgique pour les startups.

Dire qu’il y a de l’argent en Belgique, c’est vrai, mais ne parler que d’argent est assez vulgaire. Personnellement, je suis très fiers des investisseurs que nous avons réussi à attirer. L’argent qu’ils apportent n’est qu’une partie infime de la levée de fonds. Leur réseau est énorme, ils nous apportent des connaissances pour certaines inaccessibles. Ils nous demandent de nous concentrer sur le développement. On bossera sur le business model plus tard. Ce n’est pas possible en Belgique.

En plus, si je comprends bien cette levée de fonds vous est tombée dessus, un peu contre vos attentes.

En février, nous avons été au Seedcamp à Londres. On s’est inscrit pour valider notre idée, pas pour lever des fonds. On y est vraiment allé en touristes. Une fois dans le bain, on a compris qu’on était là pour lever des fonds. Alors, autant lever des fonds. Le Seedcamp était sensé nous aider pendant un an pour qu’on trouve ces fonds mais nous n’avions pas envie d’attendre. Le voyage d’un mois qu’ils avaient organisé pour nous en mars s’est vite transformé en un voyage de deux mois. Je suis directement retourné voir les gens que j’avais rencontrés à New York. Ils sont top. Surtout qu’ils essaient de montrer que la cote Est vaut aussi bien que la cote Ouest, où il y a la Silicon Valley.

Quelques mots sur ces investisseurs ? Qui sont-ils ?

Ce round d’investissement a été pris en main par Lerer Ventures avec des participations tant américaines qu’européennes de SV Angel, Index Ventures, Betaworks, Seedcamp, Hudson River Angels et des business Angels comme Taavet Hinrikus, Jared Hecht et Steve Martocci. Grosso modo on trouve là des gens qui ont investi dans le Huffington Post, dans Last.fm, dans Skype, dans Bit.ly… Ou d’autres qui ont travaillé chez Skype. Par ailleurs, nous sommes aussi entourés de “advisors” comme Tim Van Damme – qui vient de passer chez Facebook suite au rachat d’Instagram -, de François de Halleux (Google) ou encore de Robin Wauters (The Next Web).

Cette levée de fonds est annoncée aujourd’hui, tant en Europe qu’aux Etats-Unis. Vous êtes prêts ? J’ai vu que la présentation de la homepage a quelque peu changé.

Oui, nous avons modifié un tout petit peu l’interface. Nous nous attendons quelque 50.000 visites aujourd’hui. On espère que cela va tenir le coup. On a travaillé le backend afin que la plateforme soit plus agile et qu’elle supporte mieux les pics de fréquentation.


Dernière question : quel avenir pour CheckThis, pour le moment page éphémère…

L’avenir, c’est d’aller vers le micro-communautaire temporaire. Qu’il y ait une véritable communauté autour de CheckThis. On est occupé de la construire. Par ailleurs, la géolocalisation a un gros potentiel pour nous.

Articles similaires

9 Comments

  1. Ann

    12 juin 2012 at 17 h 14 min

    Félicitations !
    Et un sacré message pour la Belgique (et l’Europe) qui doit changer de politique et soutenir plutôt que de bloquer. Et vite.

    Je vous souhaite plein (et rien que) de bonnes choses les gars. :D

  2. Sardaukar

    12 juin 2012 at 21 h 47 min

    Bravo et mes meilleurs veoux pour la suite.

  3. Max

    12 juin 2012 at 22 h 31 min

    Bonsoir,

    félicitation ! Je ne connaissais pas checkthis. Grâce aux médias, c’est sûr que les prochains jours, vous devrez connaître de nouveaux pics.

    Je me suis rendu sur votre site afin de tester quelques fonctionnalités et j’ai trouvé un mini bug. Je n’ai pas trouvé le moyen de vous contacté autrement, j’espère donc que vous pourrez lire ce commentaire.

    Le placement de l’url googlemap n’est plus possible car elle est fixe maintenant.

    Bonne continuation et beaucoup de succès ;)

  4. Melvyn - Checkthis

    14 juin 2012 at 0 h 17 min

    @Max: le lien de partage existe toujours sur Google Maps, mais il est un peu caché: http://dl.dropbox.com/u/43327/Screenshots/o2d-rvutm2r_.png

    Ceci étant, nous avions des problèmes avec les URLs commençant par https:// ou sur d’autres domaines que maps.google.com (comme le .be), mais c’est résolu.

    Merci pour vos encouragements!

  5. Pingback: CheckThis lève 900.000 dollars à New York ‹ Désiré Dupas – Social Media Project Manager | SEO | Wordpress | #VeilleDuJour Curator

  6. Farfan

    6 novembre 2012 at 9 h 52 min

    That’s reasonable, perhaps, but it’s neither daring nor imaginative. Lack of a compelling voice never stopped an author from achieving success, of course.

  7. Dracula

    6 novembre 2012 at 9 h 53 min

    Surtout qu’ils essaient de montrer que la cote Est vaut aussi bien que la cote Ouest, où il y a la Silicon Valley.

  8. Pingback: Checkthis devient un réseau social | Geeko

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>