Le Beam démocratise les smartphones picoprojecteurs

Par posté le 7 juin 2012

Les smartphones picoprojecteurs : un concept qui n’est pas tout à fait neuf mais que Samsung popularise enfin avec son Galaxy Beam. Vendu au prix de 542€, le Beam est ce qu’on pourrait appeler le premier smartphone “projecteur” grand public.

Avec son Beam, Samsung popularise les smartphones picoprojecteurs. Si son prix demeure relativement élevé – l’appareil embarque après tout une technologie couteuse et dispose de caractéristiques techniques très correctes – le Samsung Beam n’en demeure pas moins un smartphone qui devrait démocratiser ce concept et le rendre surtout beaucoup plus populaire auprès des jeunes.

L’idée est séduisante. Et pour cause : imaginez arriver en réunion et vous retrouver face à des clients ou des collègues et ne pas parvenir à lancer votre présentation à cause d’un problème technique. Un smartphone picoprojecteur suffirait alors pour régler le problème puisqu’en l’allumant et en projetant l’image qui apparait sur votre écran contre un tableau ou un mur, vous pourriez reprendre la présentation comme si de rien n’était.

D’ailleurs, pour le public aussi le concept est intéressant, que ce soit pour partager des images entre amis, projeter un film contre le mur de sa chambre en soirée, pour créer un petit effet d’ambiance, montrer une manipulation à suivre ou même présenter un document à plus d’une personne.

En pratique, le Beam est plutôt bien pensé. Une seule pression de bouton suffit à lancer la projection de l’écran et il est possible de régler l’image pour avoir un meilleur résultat. L’ennui, c’est qu’une telle technologie n’est pas encore tout à fait au point. A une distance proche d’un mur ou d’une surface plane, on obtient un résultat très convaincant. L’ennui, c’est qu’il faut du recul, beaucoup de recul même, et qu’une fois qu’on en prend un peu trop, l’écran devient totalement flou. Logique nous direz-vous, puisque la résolution d’un petit écran peut difficilement être projetée sans perdre en qualité sur un mur complet.  Alors certes, le résultat parait différent selon vos données. Par exemple, la simple projection de l’écran sur le mur fonctionne plutôt mal, dans la mesure où le nombre de pixels ne permet pas d’avoir une grande image projetée, sous peine de ne pas y voir grand chose. C’est valable pour le surf sur Internet, l’interface, les photos que vous trouvez sur la toile ou tout autre document pas assez volumineux pour offrir une haute résolution. A contrario, il semble que les documents, photos et vidéos projetées offrent une meilleure résolution grâce à la taille qu’ils occupent sur votre smartphone. Lors de nos quelques essais avec l’appareil, nous nous sommes rapidement rendu compte que si le concept est excellent et que pour peu que vous ne souhaitiez pas une trop grande image le tout fonctionne plutôt bien, il est difficilement exploitable en milieu professionnel. Le prix de l’appareil est à la fois trop élevé pour les jeunes et pas assez pour les professionnels, qui auraient sans doute préféré un projecteur beaucoup plus performant.

Ceci dit, cela ne signifie en rien que l’appareil ne vaut pas son prix, au contraire même, puisqu’en dehors de sa fonctionnalité de picoprojecteur il offre également un écran de bonne qualité, un appareil photo de 5 mégapixels d’excellente qualité (pour sa résolution), un design stylé et très “fashion”, un processeur d’1Ghz, un écran de 4″ AMOLED, 16 Gb d’espace de stockage, une seconde caméra frontale pour les appels vidéo et toutes les fonctionnalités qu’on est en droit d’attendre d’un smartphone Galaxy de Samsung. Certes, il ne s’agit pas d’un produit capable de rivaliser avec l’iPhone 4S, le Lumia 900 ou le Galaxy S3, mais pour son prix, le Beam offre tout ce qu’on est en droit d’attendre de lui.

L’appareil de Samsung va même plus loin en intégrant une fonctionnalité intéressante qui utilise l’appareil photo pour filmer ce qui se situe face à lui et projeter cette image sur le mur. Une application concrète du concept? Vous placez une feuille 15 cm sous l’appareil et le dirigez vers un mur, et vous obtenez ainsi une visionneuse. Pratique. Malheureusement, une fois encore, les conditions optimales d’utilisation se font à une distance de deux mètres, avec une luminosité minimale et avec une projection limitée à celle d’une télévision de 50″. Le tout, pour une durée de 3 heures maximum – la batterie payant les frais de cette consommation d’énergie. Davantage à voir comme un bonus “sympathique”, qui fera certainement le plaisir des ados, que d’une véritable révolution pour les employés de bureau, le Beam réussit donc à moitié son pari sur le plan technique mais fait mouche en revanche en ce qui concerne la démocratisation de cette technologie. Vu l’engouement de certains utilisateurs pour ce type d’appareils, nous ne serions pas surpris si davantage de smartphones picoprojecteurs débarquaient dans les prochains mois…

Et vous, qu’en pensez-vous? Petite révolution ou simple effet de mode?

On en parle sur le forum.

Articles similaires:

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>