Alea ACTA est

Par posté le 11 mai 2012

A en croire Neelie Kroes, la Commissaire Européenne en charge du numérique, et Martin Schulz, le Président du Parlement Européen, le traité ACTA a de fortes chances d’être rejeté par les pays membres de l’Union Européenne.

Dans son discours du 4 mai, la Commissaire a adressé un discours très fort en faveur d’un Internet libre. Pour Christian Engström, membre du Parti Pirate, “la lutte n’est pas encore finie“, mais les mentalités ont beaucoup changé depuis janvier.

ACTA, le traité international qui vise à lutter contre la contrefaçon et à protéger les propriétés intellectuelles, qu’il s’agisse des brevets, droits d’auteurs, produits ou même indications géographiques, a déjà fait couler beaucoup d’encre. Il faut dire que le traité reste ambigu et laisse de nombreuses zones d’ombre. Depuis l’annonce de sa ratification prochaine par les gouvernements européens, les citoyens se sont mobilisés et ont combattu ouvertement le traité. Ils lui reprochent de limiter les droits des utilisateurs sur Internet et d’ancrer le net dans une politique de contrôle par les états, qui risque d’en faire un territoire tyrannique.

“Nous allons probablement vivre dans un monde sans ACTA”

Dans son discours du 4 mai dernier au Re:publica 2012, Neelie Kroes, la Commissaire Européenne en charge du numérique, n’y est pas allée de main morte avec le traité en annonçant devant l’assemblée : “La meilleure chose au sujet de l’Internet, c’est qu’il est ouvert, et j’ai l’intention de le garder dans cet état.” Pour elle, ACTA représente un danger majeur et elle compte bien s’en passer. “Nous allons probablement vivre dans un monde sans ACTA” a-t-elle déclaré, avant d’ajouter “Nous avons vu récemment combien de milliers de gens sont prêts à protester contre des règles qu’ils considèrent comme contraignante pour l’ouverture et l’innovation sur Internet. Il s’agit d’une nouvelle voix politique forte. Et cette force d’ouverture, je l’accueille, même si je ne suis pas toujours d’accord avec tout ce qu’elle exprime sur ​​tous les sujets.”

Son discours vis-à-vis des majors de l’industrie cinématographique était également pour le moins évocateur de la manière de penser de ces nouveaux défenseurs des opprimés qui luttent pour un Internet meilleur.  “Cela signifie que nous devons être ouverts à de nouvelles approches : de nouvelles façons de distribuer, de nouvelles façons d’être récompensés pour son travail, et de nouvelles façons pour les gens d’accéder facilement à de bons contenus en ligne. Parfois, les gens sont empêchés de faire ce changement à cause de règles et de pratiques obsolètes – comme celles concernant les licences du copyright.” Plus que jamais, Neelie Kroes a frappé là où cela fait mal en pointant du doigt les anciennes habitudes des majors de l’industrie.

De son côté, Martin Schultz, le président du Parlement Européen, n’a pas hésité à dénoncer ACTA lors d’un chat avec la communauté Internet. Lui aussi opposé au traité international, il tente vraisemblablement d’éveiller le citoyen à cette cause que beaucoup pensaient perdue d’avance il y a quelques mois encore.

“En janvier, il semblait que nous n’avions aucune chance de vaincre ACTA, les choses ont désormais changé”

Pour Christian Engström, membre du Parti Pirate Suédois, qui milite activement contre ACTA depuis ses débuts, les mentalités ont changé. L’homme politique se dit “avoir été surpris par la mobilisation du public pour cette cause.” Dans un entretien téléphonique, il nous a confié que “en janvier, il semblait que nous n’avions aucune chance de vaincre ACTA, les choses ont désormais changé.” La mobilisation importante du public, et de certains hommes politiques, qui ont remis à l’intégralité du Parlement Européen des ouvrages présentant les dangers d’ACTA, a joué un rôle majeur dans ce changement des mentalités selon lui.

Pour lutter contre ACTA, Christian Engström conseille aux citoyens de continuer leurs manifestations et de ne pas hésiter à envoyer des emails ou des lettres à leurs parlementaires, afin d’aider à sensibiliser les hommes politiques au sujet. Pour lui, certaines idées derrière ACTA ne sont pas mauvaises, mais “elles doivent s’aligner sur les temps modernes.” Trop de paragraphes de la loi sont basés sur de vieilles idées n’ayant plus leur place dans notre monde. “La défaite d’ACTA pourrait représenter un tournant majeur” a-t-il signalé. Si de grosses avancées ont été effectuées depuis janvier, Christian Engström souligne que la lutte n’est pas terminée et qu’il y a encore un peu de chemin à parcourir avant la défaite du système.

Pour ceux que cela intéresse, l’ouvrage que Christian Engström évoque dans l’article est disponible en téléchargement gratuit à cette adresse.

On en parle sur le forum.


Articles similaires:

Un commentaire

  1. ake

    13 mai 2012 at 11 h 11 min

    Dingue, quand on lit cet article, on pourrait presque croire que Kroes est contre ACTA…

    La réalité est plus nuancée : http://www.laquadrature.net/wiki/Kroes_and_%22the_world_without_ACTA%22

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>