Facebook et Apple : “un frein pour la liberté d’Internet” selon Google

Par posté le 16 avril 2012

Dans une interview accordée au Guardian, Sergey Brin, le co-fondateur de Google, n’hésite pas à tirer à boulets rouges sur l’administration américaine, Apple, Facebook et les projets de loi SOPA & ACTA en tirant la sonnette d’alarme pour la liberté d’expression sur la toile.

Un article du Guardian a beaucoup fait parler de lui le week-end dernier. Le co-fondateur de Google, Sergey Brin, n’a pas hésité à parler ouvertement de tous les sujets qui lui passaient par la tête, tirant à boulets rouges sur toutes les cibles qu’on lui donnait. Au sujet de l’administration américaine tout d’abord, Sergey Brin ne cache pas sa rancœur. “Google est régulièrement forcé de communiquer des informations personnelles à l’insu des utilisateurs, parfois sans l’en avertir et sous l’obligation légale.” L’entreprise californienne a conscience que cela gêne certains utilisateurs mais a les poings liést. “Nous sommes capables de refuser de nombreuses demandes et faisons tout notre possible pour protéger les données des utilisateurs. Si nous pouvions ne pas être tenus de communiquer ces données, cela serait génial” a-t-il déclaré.

Selon lui, l’administration américaine et l’industrie du divertissement se tirent aussi une balle dans le pied avec des projets de loi comme l’ACTA ou la SOPA. Le piratage est uniquement lié à la “difficulté d’accéder à du contenu” et à la morale de l’industrie, qui souhaite tout contrôler. Il exprime son inquiétude vis-à-vis de ce mouvement qui risque de museler la liberté d’expression sur la toile dans les prochaines années, à l’image de ce qu’on voit déjà en Chine et en Iran. “Je ne pensais pas qu’une censure complète du net était possible et la Chine m’a prouvé que ça l’était” a-t-il exprimé, soulignant qu’un tel système de censure pourrait très bien être transposé en Europe et aux Etats-Unis. Il s’est avoué réellement “effrayé” par ce qu’il a vu et entendu au sujet des projets de loi.

Sergey Brin reproche par ailleurs à Facebook et Apple d’utiliser des approches différentes de l’Internet en refusant tout référencement des données. “Nous n’aurions pas été en mesure de créer Google si le net était contrôlé par Facebook” a-t-il souligné. Tout comme Apple, Facebook ne rend accessible aucune donnée aux moteurs de recherche alors que le réseau social “aspire depuis des années les contacts Gmail des utilisateurs.” Il s’agit, selon Sergey Brin, d’un réel frein à l’innovation sur la toile et d’un risque pour l’avenir du web. La fermeture d’esprit de systèmes comme ceux de Facebook et d’Apple risque de rendre l’accès aux différents réseaux de plus en plus fermé et rejoint d’une certaine manière les projets de loi introduits par l’Amérique et l’Union Européenne. Plus que jamais, Sergey Brin tire la sonnette d’alarme.

On en parle sur le forum.

Articles similaires:

5 Comments

  1. Normaund

    16 avril 2012 at 13 h 07 min

    Mouais, c’est pas pire que de revendre les informations aux entreprises…

    En fait, ce qui dérange le plus c’est que les gouvernements puissent avoir accès aux informations sans payer mais fait passer comme message au publique que les méchants états veulent fliquer tout le monde et que c’est mal.

    Par contre, se faire emmerder par de la pub et des démarcheurs qui ont acheté les infos on en parle pas :p

  2. Totophe

    16 avril 2012 at 17 h 57 min

    Normaund,

    Les entreprises n’achètent pas vos données, elles achètent le droit de cibler de la pub sur certains critères qui vous sont propre. C’est une nuance assez importante !

    Entre “Dis moi qui est Normaund” et “Envois une pub à tous les gens dont le nickname commence par “Norm”, il y a quand-même une grande nuance.

    Sergey Brin est l’âme de Google et le responsable du slogan “Don’t be Evil”. Son attitude est assez différente de Larry Page et ses commentaires sont loin d’être un discours commercial.

  3. Totophe

    16 avril 2012 at 17 h 58 min

    Autant pour moi: Sergey n’est pas l’auteur du motto “Don’t be evil”

  4. Kamalovitch

    16 avril 2012 at 18 h 54 min

    Tout à fait d’accord Totophe.
    Normand, tu te ferais emmerder par des démarcheurs qui n’ont rien payé sinon…je préfère avoir de la pub pour des télé-objectifs ou du développement photo parce que c’est ce que je cherche depuis hier que pour une manicure ou US railway. Moi si ça permet d’éloigner ce dont je me fou éperduement, et mieux, réduire mes temps d’analyse de marché. Je préfère être inclus dans les plans ciblés plutôt que les autres…sinon c’est être littéralement emmerdés par tous les annonceurs. Données personnelles, c’est juste tous les comptes de gars ayant entre 30-40 ans, niveau éducation A, centre intérêt B et prêt à dépenser Y pour un magasine Z. Et quoi? Rien de “personnel” la-dedans. Juste mieux de savoir si je veux un abonnement Trends ou Femmes d’aujourd’hui avant de s’adresser à moi

  5. Rol Mops

    16 avril 2012 at 19 h 43 min

    Et puis le motto de Google, ce ne serait pas plutôt: “Don’t be caught being Evil”?? Il est clair que les plus proches de big brother, c’est bien eux!

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>