Wikipédia en anglais sera fermé mercredi pour protester

Par posté le 17 janvier 2012

La version anglophone de Wikipedia sera hors-service, demain, en signe de désapprobation contre des propositions de loi antipiratage aux Etats-Unis.

L’encyclopédie en ligne Wikipédia a annoncé son intention de fermer ses pages en anglais pendant 24 heures mercredi afin de protester contre des propositions de loi antipiratage actuellement à l’étude au Congrès américain.

« Avertissement aux étudiants ! Faites vos devoirs en avance. Wikipédia proteste mercredi contre une mauvaise loi », a écrit Jimmy Wales, fondateur de l’encyclopédie participative en ligne, sur Twitter lundi. « Les derniers détails sont à l’étude, mais le consensus semble se faire sur un black-out total plutôt que partiel », écrit-il. « Ca va être dingue. J’espère que Wikipedia va faire sauter le système téléphonique de Washington mercredi ! Passez le message à toutes vos connaissances ». « La liberté n’est jamais donnée par l’oppresseur, elle doit être exigée par l’opprimé », écrit M. Wales en citant le leader noir américain pour les droits civiques Martin Luther King, « et, mercredi, Wikipedia exige ».

Cette fois, c’est concret. Toute l’industrie internet américaine est mobilisée. Elle veut faire capoter deux projets de lois actuellement en discussion au Congrès américain qui, selon elle, menaceraient la liberté d’expression et l’essence même de l’internet. Tous les moyens sont bons pour faire pression sur les parlementaires. Même le black-out, c’est-à-dire la grève de l’internet. Le site d’agrégation de liens Reddit avait, précédemment, aussi annoncé sa fermeture ce mercredi (35 millions de visiteurs uniques).

Sopa et Pipa combattus
Sopa (Stop online piracy act) et Pipa (Protect IP Act) sont deux projets visant à lutter contre les sites proposant du contenu illégal (lire ci-contre). Ces deux initiatives parlementaires (l’une à la Chambre, l’autre au Sénat) sont largement soutenues par les puissants lobbies de l’industrie musicale et cinématographique qui souffrent de la perte de revenus liée au piratage. Elles sont par contre honnies par toute l’industrie de l’internet. Les plus grands noms du secteur (eBay, Google, Facebook, Twitter, Yahoo ou LinkedIn…) se sont fendus d’une lettre ouverte au Congrès à la mi-décembre dans laquelle ils insistent sur les effets négatifs que ces lois auront pour l’innovation et la création d’emplois dans l’industrie du numérique.

« Ce texte cassera l’internet »
Eric Schmidt, président de Google, parle même de censure : « Appliquer ce texte cassera l’internet. En criminalisant des liens, ce texte aura pour effet de nous forcer à retirer du contenu d’internet. » Pour Jimmy Wales, « ce texte, sous bien des aspects, établirait une machinerie qui nous mettrait à jeu égal avec la Chine en matière de censure de l’internet ». Il prévoit que n’importe quel site hébergeant du contenu illégal puisse être la cible de poursuites juridiques alors qu’actuellement, les hébergeurs américains ne sont pas responsables du contenu publié sur leurs plateformes. Ils doivent simplement le retirer si la justice les y oblige.

Arrêt de mort
L’industrie de l’internet semble prête à mettre sa menace à exécution. Même si vendredi, on apprenait qu’un des points les plus controversés de Sopa – le blocage par les fournisseurs d’accès des sites accusés de violer la loi – était retiré. Et que la Maison Blanche est intervenue dans le débat ce week-end et s’est placée du côté des géants de l’internet. L’administration Obama a affirmé qu’elle « s’opposerait à toute législation visant à réduire la liberté d’expression, à augmenter le risque de cybercriminalité et à saper le dynamisme et l’innovation de l’internet mondial ». Ce qui signe l’arrêt de mort de Sopa, du moins dans sa forme actuelle. Reste Pipa. A suivre…

J.-F. M., avec G.D, afp

Articles similaires

2 Comments

  1. Colar

    18 janvier 2012 at 15 h 56 min

    Je ne sais pas si je suis très fort ou s’il y a un os dans le potage, mais là j’ai accès à la wikipedia anglophone. Ca lag bien mais ça passe.

  2. vad08

    18 janvier 2012 at 17 h 28 min

    Pour moi ca marche aussi … What is the F*** ;-)

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>