Nicolas Sarkozy : pour Hadopi 3, contre le streaming

Par posté le 18 novembre 2011

Lors d’un forum sur la culture et le numérique à Avignon, le président de la République française s’est félicité des résultats de la loi Hadopi. Elle lutte contre le téléchargement illégal en P2P. Il désire désormais s’attaquer au streaming.

Pour Hadopi…
Nicolas Sarkozy a choisi Avignon pour commencer à dessiner son programme en terme de législation numérique.
Il a d’abord vanté sa loi Hadopi. « Le piratage par P2P a reculé de 35 % » affirme-t-il. L’Elysée ne s’exprime pas sur la méthode qui a été utilisée pour calculer ce chiffre. Le chiffre est jugé contestable par le journal Le Monde. D’autant plus que les internautes sont passés d’un mode de téléchargement à autre.

…Contre le streaming
Ce mode de « téléchargement », c’est le streaming. Sur ce point, M Sarkozy est assez clair :
“J’aime une musique, je veux la partager: la démarche n’est pas en soi négative. Mais sur les sites de streaming, l’idéologie du partage, c’est l’idéologie de l’argent : je vole d’un côté et je vends de l’autre. Personne ne peut soutenir cela”. Après le peer to peer, sus au streaming ! Pour cela, une loi Hadopi 3 est évoquée. “J’ai bien conscience que la technologie évolue. Si la technologie nous permet une nouvelle évolution, on adaptera la législation” Il y a fort à parier que cette nouvelle législation sera plus développée lors de la campagne pour 2012.

Les patrons de télécoms scpetiques
François Hollande, son rival socialiste pour 2012 a assuré lors de la primaire, qu’il abrogerait la loi Hadopi pour en créer une autre.

Du côté des professionnels, quatre patrons d’entreprises de télécommunication ont déploré dans une tribune du journal Le Monde.« L’absence de cohérence de l’action publique » dans le domaine des télécoms. Ainsi ils demandent « aux pouvoirs publics de repenser complètement la fiscalité du numérique. » Il considèrent que la loi Hadopi est « une fuite en avant ».

Rémi Declerck (St.)

Articles similaires

10 Comments

  1. Bernard

    18 novembre 2011 at 19 h 08 min

    Suicidaire, ce type ? En pleine campagne électorale, il veut se mettre à dos tous les internautes ?

  2. spartan

    18 novembre 2011 at 19 h 50 min

    Il ferait bien de s’occuper de diminuer le déficit.

  3. arthur101

    18 novembre 2011 at 22 h 46 min

    Filtrer le streaming revient à filtrer tout le trafic http… c’est à dire le web. Ca fait peur, non ?

  4. linus42

    19 novembre 2011 at 2 h 53 min

    Le streaming, le P2P, c’est l’avenir. Les gouvernements et les majors de distributions peuvent faire ce qu’ils veulent, c’est comme ça : les gens VEULENT un accès direct et à tout moment à tous les médias existant, et ils l’auront, quoi qu’il arrive. Il suffit de voir la proportion de personnes ayant au moins un fichier piraté chez eux, c’est-à-dire tout le monde.

    Le problème, c’est que les boîtes de production préfèrent dépenser des sommes astronomiques en lobbying plutôt que de trouver des alternatives concrètes, comme le fait Spotify pour la musique par exemple (et Deezer à son époque). Nous voulons du contenu culturel, nous les voulons tous, et nous le voulons à tout moment. Spotify l’a compris, et il en tire parti.

    De plus, même avec des algorithmes très efficaces de détection de piratage du streaming, il y aura TOUJOURS des solutions détournées, comme par exemple télécharger un fichier crypté en HTTP avec mot de passe connu de l’utilisateur seulement, ou encore par l’HTTPS. Bon courage pour détecter ça !
    Ce que va faire Hadopi 3, c’est tuer le streaming, mais sûrement pas diminuer le taux de piratage sur Internet.

    Ce que les décideurs (politiques et économiques) doivent comprendre, c’est que leur modèle est OBSOLÈTE, ni plus ni moins. Il existe d’autres façon de faire, où tout le monde est gagnant. Mais visiblement, ils ont du mal…

  5. loukasroy

    19 novembre 2011 at 5 h 41 min

    Aux States, le congrès étudie une loi pour censurer le web. USA – China même combat. Le soi disant pays de la liberté vire de plus en plus vers la dictature

  6. Pierre

    19 novembre 2011 at 7 h 44 min

    Il rêve tout haut ou alors il faudra filtrer tout l’internet. On voit qu’il n’y connait rien. Il essaie de caresser les télécoms dans le sens du poil mais c’est une bataille perdue d’avance. même si Hadopi est en recul (ce qui reste à prouver) cela évoluera c’est propre à l’internet (heureusement d’ailleur). Hadopi égale faire peur à certains internautes, égale augmenter un peu les recettes des capitalistes-cinéastes et autres…du boulot de VRP

  7. waz

    19 novembre 2011 at 16 h 48 min

    « Le piratage par P2P a reculé de 35 % »
    mdr qu’il est con ce petit bonhomme

  8. jeanne83

    20 novembre 2011 at 16 h 32 min

    La loi hadopi évoluera avec le temps mais aura du mal à suivre l’évolution et l’adaptabilité du droit internet international. Le streaming est en pleine progression et les modes d’accès au films se diversifient du système de lecture classique que l’on peut voir dans les pages internet actuellement.

    Pour exemple une équipe de développement viens de créer un lecteur média indépendant capable de lire des films sans restriction de durée et n’étant pas considéré comme illégal, passez y faire un tour c’est étonnant, en tout cas pour moi c’est bouclé… le nom : nolimi-t.net

  9. Pierre Sabbe

    22 novembre 2011 at 9 h 34 min

    Tant que les prix du légal seront aussi élevés, personne ne pourra rien y faire ! Je paie mon journal pdf presque aussi cher que la version papier (79 cent), je paie mes livres numériques presque aussi cher que les livres papier (10 euros), je paie ma musique numérique presque aussi cher que la version CD (10 euros): c’est une arnaque totale et “ILS” nous mettent hors la loi ? Ce sont les prix pratiqués qui devraient être hors la loi : un disque version numérique à 5 euros, un livre à 5 euros et un journal à 20 centimes, et nous cesserons -ou en tout cas ralentirons- de pirater, non ?

  10. De Winter

    29 décembre 2011 at 10 h 58 min

    @Pierre Sabbe,

    Le prix du cd est insignifiant par rapport aux droits d’auteurs perçu. Après il est toujours possible de critiquer le montant perçu pour les droits d’auteurs mais c’est une autre histoire( et il me semble critiquable). Si il était acceptable de payer son cd 20 euros, il est alors tout autant acceptable de payer une somme comparable pour son contenu.

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>