Spotify: « Notre premier concurrent, la musique piratée »

Par posté le 16 novembre 2011

Spotify est né en Suède, le pays d’origine du Parti Pirate et de Pirate Bay, l’un des plus gros sites de téléchargement illégal. En réponse à ces nouvelles habitudes de consommation la société a décidé de diffuser gratuitement et légalement de la musique sur le web. Le directeur européen de Spotify, Jonathan Forster a présenté son produit lors du lancement en Belgique.

Les services offerts sont relativement identiques en quoi pouvez-vous de vous différencier ?

Nous parions sur trois critères : la vitesse, la simplicité et le social. Cette dernière caractéristique fait partie de l’ADN de la société, vous pouvez envoyer nos musiques sous formes de liens sur Skype, Messenger et Facebook. Ce que nous ne sommes pas c’est un arbitre du goût, nous ne sommes pas des conseillers. On est des geeks, on aime la technologie et on veut que notre service soit toujours plus performant. Spotify est un outil pour accéder à 15 millions de chansons et les organiser en listes de lecture et les partager. Nous venons d’élargir la discothèque d’un pays en un seul coup. On ne prend pas toujours la peine de souligner à quel point c’est important.

Pourquoi Spotify arrive-t-il si tard en Belgique alors qu’il est déjà présent en Grande Bretagne et en France ? Il y a un grand intérêt de la part des Belges.

Oui, un de vos politiciens a annoncé sur Twitter la venue de Spotify en Belgique il y a quelques semaines et notre centre de presse a été inondé de demandes, on n’y comprenait rien !

Dès le début de Spotify, nous avons lancé notre service dans tous les pays possibles, ce qui était un peu idiot parce que notre version française était très mal traduite. Ensuite nous avons décidé de nous attaquer au marché américain. Toutes les grosses maisons de disque sont là-bas, nous sentions que nous devions leur prouver quelque chose. Nous avons lancé notre service aux États-Unis cet été. À présent nous nous tournons à nouveau vers l’Europe.

Deezer a également annoncé sa venue en Belgique en partenariat avec Belgacom. Vous n’avez pas imaginé ce genre d’accord ?

Non, pas en Belgique. Au Royaume Uni nous travaillons avec Virgin Media et avec SFR en France. Nous avons beaucoup d’expérience avec les télécoms, mais il faut réfléchir au bon moment pour ces partenariats. Si tous les Belges avait aujourd’hui une ligne sur Spotify dans leur facture de téléphone, ça ne leur parlerait pas.

Le marché belge du streaming s’agrandit de plus en plus avec la venue de We7, Deezer, Spotify et peut-être bientôt Sony Music Unlimited. Vous n’avez pas peur de la concurrence ?

Notre premier concurrent c’est la musique piratée et le fait qu’elle fasse partie des habitudes des consommateurs. Nous ne nous soucions pas de la concurrence, on se concentre plutôt sur la technologie. Ce qui nous rend heureux c’est qu’à travers ces autres services, c’est notre modèle qui devient la norme, alors qu’auparavant la gratuité était mal vue. En Angleterre, d’autres services de streaming gratuit existaient avant notre arrivée, mais Spotify récolte le plus grand succès. C’est aux utilisateurs de tester les différents services et de choisir ce qui leur correspond le mieux.

Comment Spotify peut-il être rentable si vous comptez 2 millions d’abonnés sur 10 millions d’utilisateurs ?

Au plus nos membres utilisent la version gratuite, au plus ils auront envie de passer en premium. Nos statistiques tendent à le prouver. Mais je ne vais pas vous mentir nous avons des objectifs chiffrés pour la Belgique en terme d’abonnés. C’est un gros pari, non seulement pour nous, mais aussi pour l’industrie musicale qui le fait avec nous. Quand notre fondateur Daniel Ek est arrivé à New York en disant « Bonjour, je viens de Suède et je voudrais distribuer votre musique gratuitement », ils avaient déjà entendu ça quelque part. Mais nous sommes arrivé à un moment où l’industrie a compris qu’il était temps de parier sur un nouveau modèle. Quelques personnes ont mis leur carrière en jeu et ils nous ont soutenu. Trois ans plus tard nous savons que les revenus de la musique digitale sont plus importants sur les marchés où Spotify est présent et personne n’a perdu son boulot. En Suède, nous signons aujourd’hui les plus gros chèques de l’industrie musicale, Spotify est plus utilisé que la télévision. La Suède c’est un peu notre but pour le futur à un niveau mondial.

Aujourd’hui les inscriptions passent automatiquement par un compte Facebook, ce qui n’était pas le cas à vos débuts. Pourquoi ce changement ?

Nous avons intégré Facebook depuis longtemps, mais depuis le F8 nous avons étendu notre partenariat. Facebook est devenu le passeport en ligne des internautes. Avant, pour partager de la musique de Spotify sur Facebook, les utilisateurs étaient redirigés sur une autre page et devait remplir un formulaire d’inscription fastidieux, maintenant c’est terminé en deux clics.

Mais il y a eu pas mal de polémiques suite à cet accord.

Oui, il y a deux inquiétudes et parfois les utilisateurs ne savent pas tout à fait ce qu’ils veulent. Ce serait plus simple qu’ils expliquent leurs problèmes et qu’ils laissent à d’autres le soin de les régler. Personne n’a jamais demandé à avoir un téléphone sans boutons, mais c’était une excellente idée.

La première inquiétude était de ne pas tout partager, vous pouvez désormais choisir ce que vous partagez. La seconde était de pouvoir s’inscrire sans Facebook. Aujourd’hui vous devez avoir un compte Facebook pour vous inscrire à Spotify et là c’est plus nuancé. Nous voulons que tout le monde puisse avoir Spotify, donc en restreindre l’accès à travers un autre service peut paraître étrange. Pour ceux qui n’y voient aucun problème, passer par un compte Facebook est beaucoup plus simple et ils sont majoritaire. Les personnes qui ne veulent pas utiliser Facebook ne doivent pas forcément partager quoi que ce soit, ils ne doivent pas utiliser leur compte Facebook de manière régulière, ils peuvent s’inscrire uniquement pour Spotify, même si l’expérience qu’ils en auront sera moins intéressante sans son aspect social. Reste ceux pour qui c’est une question idéologique. Ils sont en désaccord avec Facebook et nous avons du mal à comprendre cette idée. Difficile d’imaginer la vie sans le plus grand réseau social au monde. Nous écoutons nos utilisateurs et nous sommes prêt à faire machine arrière si nous constatons un réel problème, mais nous savons aussi qu’il y a parfois un décalage entre ce que les gens disent et ce qu’ils font réellement sur internet.

Articles similaires

28 Comments

  1. jean

    16 novembre 2011 at 12 h 01 min

    C’est une énorme idiotie d’accoler spotify à facebook, qui a tout d’une décision soit idéologique (soit on est un geek soit on communique par signaux de fumée) soit commerciale (facebook est l’occasion d’une publicité gratuite sur le dos du consommateur). Moi, ce serait surtout un mouvement de mauvaise humeur qui me fait abandonner tout intérêt par Spotify : je ne vais pas payer quelqu’un qui ne veut pas me laisser le choix.

    • tom

      4 juin 2012 at 9 h 33 min

      +1. Deezer fait pareil, mais tu n’est pas obligé d’accepter Spotify de poster sur ton mur et tout. Sinon, il y a Grooveshark, mais c’est un peu lourd sur chrome.. Sinon Cloudshare

  2. Alain

    16 novembre 2011 at 12 h 05 min

    Ai-je bien compris ? Pas sur Facebook = Pas Spotify ??? Et bien ce sera donc sans Spotify… dommage pour eux, je suis prêt à payer pour de la musique, je ne suis pas prêt à entrer dans un n’importe-quoi, fusse-t-il mondial…

  3. lodri

    16 novembre 2011 at 12 h 26 min

    Et bien passez par Simfy! C’est ce que je fais depuis aujourd’hui. 20h d’écoute gratuite par mois sans pub. Pour les versions illimitées, c’est le même prix que spotify…

  4. h.dans

    16 novembre 2011 at 12 h 31 min

    Quant à dire que c’est LA solution pour les artistes face au piratage… un artiste interprète devra avoir été écouté 4 millions et demi de fois pour toucher… 800 euros

  5. heldros

    16 novembre 2011 at 12 h 52 min

    Je comptais m’inscrire mais heureusement que j’ai lu jusqu’au bout. Ca arrange beaucoup de personnes que Spotify soit lié à Facebook mais pas moi.

  6. guenièvre

    16 novembre 2011 at 13 h 08 min

    Dommage qu’ils obligent de passer par facebook,le concept me tentais, mais pas à ce prix-là.
    Peu importe ce qu’ils en en pensent eux, on n’oblige pas les gens à ouvrir un compte pour aller sur un autre site…
    Ca sent les accords “louches” genre on “flique” les profils pour mieux envoyer des pubs en corrélation avec ce que les gens vont écouter!!! J’en ai marre que les gens se fassent des tunes avec ce genre de pratiques!

  7. bru

    16 novembre 2011 at 13 h 12 min

    grooveshark fait la même chose, c’est gratuit et ne nécessite pas un compte facebook…

    • jean

      9 décembre 2011 at 22 h 33 min

      Bien vu.
      Par contre dans certains secteurs musicaux, il y a moins de choix.

  8. Denis

    16 novembre 2011 at 13 h 15 min

    J’utilise Spotify depuis deux ans (proxies, amie française qui payait pour moi, etc etc), et oui, obliger à avoir un compte Facebook est assez emmerdant, mais en trois minutes, on crée un faux compte Facebook dont on ne se sert jamais, et voilà.

    • Alain

      16 novembre 2011 at 14 h 20 min

      Et être comptabilisé comme utilisateur du grand néant ?? Et permettre aux aksionêres/nainventeurs du grand brol de retirer des bénéfices encore complémentaires parce que le nombre d’utilisateurs aura ainsi augmenté ??? Non, non… pas moi.

  9. Thomas

    16 novembre 2011 at 13 h 20 min

    J’aurais été prêt à souscrire au service à 4,99 euro par mois et à renoncer au téléchargement (de ce que je trouve sur spotify). Mais lier ça à facebook : no way José.

  10. guenièvre

    16 novembre 2011 at 13 h 23 min

    Je n’ai pas envie de créer un compte bidon juste parce que Spotify et facebook ont trouvés un accord qui les arrangent.
    Ce sera sans spotify, si c’est l’avenir, y en aura d’autre, suffit de patienter ^^

  11. Zaphod

    16 novembre 2011 at 13 h 25 min

    Je plussoie.

    C’est stupide d’exiger une inscription à Facebook et de considérer que seul les hommes des cavernes n’y sont pas. J’attendais l’arrivée de ce service mais, dans ces conditions, j’y renonce.

  12. Gilles

    16 novembre 2011 at 14 h 35 min

    J’aime pas non plus devoir relié mon compte facebook a toutes ses applications … et devoir installer un soft en prime NON MERCI!

    Tout ca ne me fera pas quitter likeTRAX (http://www.liketrax.com) pour écouter ma musique!

    • jean

      9 décembre 2011 at 22 h 34 min

      Merci du renseignement.
      Et pas de facebook.

  13. Perpet21

    16 novembre 2011 at 15 h 58 min

    Dommage l’association Facebook/spotify. J’aurais pu me laisser séduire, même pour la version payante… mais j’ai quitté Faceboof et ne compte pas faire marche arrière.

  14. Sams

    16 novembre 2011 at 16 h 40 min

    “Ils sont en désaccord avec Facebook et nous avons du mal à comprendre cette idée”: et bien oui mon grand, la pensée universelle n’existe pas et moi je ne compte pas ouvrir un compte fessebook pour avoir accès à Spotify (c’est bien dommage car depuis que j’ai quitté les USA, je cherche une bonne alternative à Pandora, mais ce ne sera donc pas Spotify mi p’tit fî)

  15. mdoublem

    16 novembre 2011 at 17 h 11 min

    Si c’est en partenariat avec Facebook je dit NON.

  16. Arnaud

    16 novembre 2011 at 17 h 32 min

    C’est quand même grave, ça prend 10sec de créer un faux profil facebook genre “jean dupont” et hop vous l’avez votre spotify!

    90% de mes amis/connaissances sont sur facebook, au moins dès qu’ils se connecteront à spotify j’pourrai leur conseiller de la musique et partager facilement tel ou tel morceaux. Tellement plus facile!

    Maintenant la question que je me pose, c’est au niveau de la concurrence Simfy/Spotify/Deezer/We7/likeTRAX. Beau challenge!

  17. Colar

    16 novembre 2011 at 19 h 28 min

    90% ? °o°

    Mon pauvre…

    Perso je suis sous linusque et pour avoir le soft faut payer l’abonnement. Piratebay a de beaux jours devant lui (DNS blocked huhuhu).

  18. Jean

    16 novembre 2011 at 23 h 45 min

    Je ne peux pas me résoudre à croire qu’ils n’ont pas fait au moins une étude de marché sérieuse. Si c’était le cas, ils auraient clairement compris que les premiers à franchir le pas vers l’abonnement streaming étaient des hommes, plutôt jeunes et professionnellement actifs dans des secteurs demandant un niveau d’étude “+5″ (comme disent les Français), au courant des technologies et pour qui facebook n’est plus une nouveauté. Ils auraient compris que ci leur public cible garde un compte facebook, c’est parce que c’est incontournable sur la toile mais que la majorité de ceux-ci a sécurisé l’accès à celui-ci
    et qu’ils ne souhaitent pas donner “pour rien” des infos à facebook. Spotify n’a donc pas affaire à des teenagers qui se moquent des pratiques de facebook ou à des adultes des pays du BRIC (ou périphérique) qui ne sont pas sensibles à ces questions.
    C’est une très grosse erreur de casting de leur part, et je pense qu’ils la corrigeront bien vite. En tout cas, pour ma part, si Spotify = Facebook, c’est niet. Aller voir le site de Qobuz. Cette société, en plus, a une offre pour du FLAC et pas seulement du MP3 merdique.

    • Nathan

      4 janvier 2012 at 3 h 44 min

      Spotify ne propose pas de MP3 mais du Ogg Vorbis q9 (320 kbit/s) pour la version payante et Ogg Vorbis q5 (160 kbit/s) pour la version gratuite. Cette offre est loin d’être merdique, surtout lorsqu’il s’agit de simplement consommer la musique.

  19. Jim

    18 novembre 2011 at 13 h 34 min

    Il n’y a pas que Spotify en Belgique, il existe http://www.qobuz.com qui fonctionne très bien !

  20. vincislex

    2 décembre 2011 at 23 h 26 min

    Et dans tout ça… on oublie une chose ultra importante concernant Facebook et Spotify…

    Où sont stockées toutes ces données “personnelles”, comment sont archivées toutes ces données ? Quel n’est pas la tentation d’un business man de revendre ses serveurs ou ses accès contre des $… Bref, quel est le modèle économique de Facebook. Et puis surtout pourquoi “partager” à tout prix…

    Spotify m’intéresse comme “médiathèque”, pour connaître et découvrir d’autres artistes… Quand au partage, je préfère aller boire un verre avec des amis en chairs et en os et pourquoi pas parler et écouter nos diverses trouvailles…

  21. mep

    30 janvier 2012 at 11 h 08 min

    Ils nous font vraiment chier avec leur FACEBOOK à toutes les sauces.

    ON N’EN VEUX PAS !

    FACEBOOK C’EST BIG BROTHER !

    Et dire que les gens s’autofichent sur des sites sur lesquels il est quasi impossible de supprimer la moindre information…

    Je voulais quitter DEEZER/Orange pour SPOTIFY mais SPOTIFY/FACEBOOK me dégoute plus que l’autre.

  22. Cthulhu

    14 mai 2012 at 20 h 18 min

    Ravi de voir que je ne suis pas le seul à la trouver amère.
    Faire de Facebook le portail unique vers un espace de liberté (qu’est ce qui ressemble plus à la liberté qu’un trip musical ?), c’est finalement se montrer plus hypocrite que naïf!
    Et que dire de l’argument du “mdp en moins à retenir”…
    Désolé mais ce n’est pas comme ça qu’on changera les habitudes des vrais amateurs de musique.
    Ceux que la médiocrité contente ont probablement, quant à eux, un compte Facebook depuis longtemps.

  23. Matthieu

    26 juin 2012 at 1 h 58 min

    Quand je lis certains commentaires , ça me fait peur , si vous ne voulez pas ouvrir un compte sur Facebook , c’est votre droit , mais si spotify à décidé de faire des accords avec facebook c’est comme ça , il y a de nombreux concurrents , moi je trouve l’application géniale , beaucoup plus rapide que deezer , stable , et les mises à jour sont fréquentes , rappelez moi la dernière maj de deezer ?
    Quand je remplis ma voitude d’essence , je me dis pas ” ils ne prennent pas les chèques , alors je vois pas pourquoi j’irais pas chez eux … ” sinon ma voiture ne serait jamais remplie .
    C’est désespérant des fois ces gamineries pour ne pas être sur facebook .
    A bon entendeur ,
    Matthieu

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>