Et si Android s’écroulait ?

Par posté le 10 août 2011

Cette hypothèse dont fait état thenextweb.com pourrait faire penser à un canular. Néanmoins, force est de constater que le système d’exploitation promène quelques cailloux dans sa chaussure…

Pour rappel, Android, créé en 2003, fonctionne sur base d’un noyau Linux, qui équipe aujourd’hui 50% du marché des smartphones. En 2005, Google fait acquisition d’Android. Les concurrents du géant américain se nomment Microsoft, Apple ou encore Oracle. Et il semble que ces derniers se soient donné le mot pour faire vacillé la multinationale développée  à l’origine par Larry Page et Sergey Brin il y a déjà près de 13 ans.

Des brevets utilisés illégalement

Ce qui est reproché à Android est fort simple : l’utilisation de brevets illégalement. Quelques exemples parlants : Oracle s’offusque  qu’Android profite du logiciel Java gratuitement.  Microsoft, lui, se plaint même  qu’Android violerait près de 200 brevets leur appartenant !

Dès lors, la tactique de Bill Gates et consorts  consisterait à faire payer ces brevets aux constructeurs de smartphones tels que LG, Samsung ou HTC. Bien vu, car si Android devient « payant » (à défaut de coût de licence), il perd son intérêt aux yeux de ces fabricants.

Quel futur pour Android ?

Certes,  c’est la loi du business… N’empêche,  on peut trouver regrettable que des entreprises utilisent les brevets (destinés à priori à favoriser l’innovation) comme une arme concurrentielle et un frein à la création.

D’autre part, comment un géant comme Google n’a-t-il pas pu prévoir un couac de cette envergure ?!  Cela paraît si gros, si évident ! Si on peut en rire, une telle absurdité administrative peut également faire froid dans le dos, lorsque c’est un empire comme Google qui la commet. Le risque est donc énorme pour le groupe au grand G, si la justice venait à décider qu’Android utilise des brevets illégalement.

Enfin, cette sentence remettrait en question la création même de ce blog ! Quand je vous parlais d’absurdité…

Articles similaires

4 Comments

  1. Luc DE

    11 août 2011 at 7 h 32 min

    A défaut d’être créatif, il faut arrêter ceux qui le sont, Soyons confiant toutefois, Google est grand parce qu’innovant et a compris depuis longtemps que le monde libre était la clé de la grande réussite. Apple utilise d’ailleurs Youtube, Map, … Microsoft moins, mais là on parle du 20e siècle … Bravo et enfin BelAndroid est né

  2. oliwek

    21 août 2011 at 9 h 42 min

    “D’autre part, comment un géant comme Google n’a-t-il pas pu prévoir un couac de cette envergure ?!”

    franchement, dans un monde où l’on brevète jusqu’au clic de souris lorsqu’il ouvre un menu contextuel dans une interface graphique (clic du bouton droit sous windows par exemple), il est tout simplement impossible de mettre sur le marché un système d’exploitation, fût-ce-t-il pour smartphone, sans déclencher des attaques pour violations de brevets de la part des concurrents. Microsoft a ouvert les hostilités contre un tas de sociétés qui conçoivent du logiciel (ou du hardware + logiciel dans le cas des téléphones portables), et sont connus dans le monde informatique pour ses pratiques de menaces systématiques. Facile pour eux de s’attaquer aux plus petits, qui préfèrent débourser plutôt que de se défendre en justice (victimes notoires : HTC, TomTom pour ses gps,…). Apple fait de même. Google doit se défendre en essayant de proposer un portefeuille de brevets suffisant (tu m’attaques pour 50 brevets? moi je fais de même avec mes 60 nouveaux brevets rachetés à Motorola, ou développés par la maison).
    Donc votre question et le jugement qui s’ensuit (google serait risible) me semble assez peu pertinent…

  3. redfish

    2 janvier 2014 at 20 h 00 min

    Les entreprises déposent des brevets, la plupart du temps simplement pour avoir des armes permettant de contre-attaquer. Bien sûr que Google avait prévu ce type d’attaques (mais pas sur quelles technologies exactement, cf le com précédent). Leur réponse, c’est leur propre stocks de brevets qui permettra de coller d’autres procès à microsoft, Apple et Oracle si ces derniers se montrent offensifs.

    Google n’acceptera jamais de rendre son OS payant. C’est inimaginable. Ils retireront des fonctionnalités, ils feront des concessions sur la qualité mais pas sur le prix, tout le business model étant basé sur la gratuité.

    Concernant Java, peu de risques. Il est actuellement sous GNU GPL. Evidement, Oracle pourrait décider de faire payer les prochaines versions. Mais alors, ce serait pour tous les utilisateurs professionnels, et pas seulement pour Google. Je pense que la popularité du langage en serait grandement affectée.

    • Jan

      24 décembre 2014 at 15 h 04 min

      Je lis : “Enfin, cette sentence remettrait en question la création même de ce blog ! Quand je vous parlais d’absurdité…”. Ce serait évidemment, de loin, la conséquence la plus grave pour le monde entier. Bonne année!

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>