L'offre Belgacom, Google et Bpost inquiète les agences web

Par posté le 26 mai 2011

Être présent sur internet, c’est aujourd’hui la garantie de se faire connaître pour les petites et moyennes entreprises. Pourtant, selon une étude de marché menée par Ipsos, plus de la moitié des PME belges n’ont pas de site internet.

Google, Belgacom et Bpost ont voulu remédier à ce constat en lançant le mois dernier la campagne Votre entreprise en ligne. L’offre est alléchante : un hébergement et un site web gratuit pendant six mois,  un nom de domaine .be offert pour un an, pour 100€ de publicité sur Google AdWords et des réductions importantes sur les envois de colis pour les entreprises de vente en ligne. Le trio voudrait que cette action attire 20 000 nouvelles PME sur la toile, un but louable en somme.

Concurrence déloyale ?

Mais alors que la promotion des géants de la communication bat son plein, une poignée de professionnels du web se rebelle.

« Cette offre décrédibilise le travail des agences web. » s’inquiète Mathieu Bazelaire. Le patron de l’agence namuroise Dogstudio craint surtout la réaction de ses clients « s’il voient que ce qu’on leur fait payer à un tarif normal, ils peuvent le développer gratuitement. Comment peut-on lutter ? »

Créateur d’une agence digitale et agitateur à l’origine du mouvement de grogne, Frédéric della Faille craint une concurrence déloyale. Il s’insurge : « en période de crise, ce sont les PME qui nous donnent du travail. » La cible justement visée par la campagne de Google, Belgacom et Bpost. Le patron du Bureau 347 tient à réagir, avant tout, par la créativité. Mais il tente à présent de rassembler une dizaine d’experts du web pour mettre un juriste sur l’affaire. « Conceptuellement et légalement, je ne comprends pas leur offre, admet-il. Ca n’est pas possible de faire du gratuit, il y a des salaires à payer. » Pire encore, explique Frédéric della Faille, la force de frappe publicitaire des trois géants est inaccessible pour les petites agences.

Pour Mathieu Bazelaire le vrai problème vient de la communication : « le site donné en exemple, c’est un site d’e-commerce qu’il est impossible de développer gratuitement. »

Le professionnel estime que la campagne est une mauvaise pub pour le trio, mais il ne voit pas de raison d’impliquer la justice. Il a par contre décidé de mettre fin aux discussions en cours avec Bpost dans le cadre d’un partenariat avec son agence.

De la place pour tout le monde

Julien Blanchez, directeur marketing pour Google Belgique, se défend pourtant de marcher sur les plates bandes des petites agences digitales. “Sur la moitié des PME belges qui n’ont pas de site internet, précise-t-il, 75% n’en voient même pas l’intérêt. Or c’est un réel levier de croissance économique” Selon lui, l’initiative est plus globale et vise à conscientiser le marché et les décideurs belges à l’importance du web.

En Belgique, Google estime que les freins à l’exploitation de l’internet par les petites entreprises sont le prix et la complexité. “Nous travaillons donc sur la conscientisation et l’éducation au web, pour que ces PME se mettent en ligne.” explique Julien Blanchez. Selon le directeur marketing, l’initiative bénéficiera à tout le secteur et il ironise : “la campagne a été lancée dans treize pays différents. Il n’y a qu’en en Belgique que nous rencontrons cette réaction de méfiance.”

Même son de cloche chez Belgacom : “Les web designers sont l’étape qui vient après notre offre.” précise son porte-parole, Jean-Louis Bougnet. L’entreprise de télécom espère voir de plus en plus d’agences web se joindre à l’initiative. “Notre but c’est que le cachet des trois partenaires puisse, à terme, crédibiliser les agences qui se joindront à notre campagne.” En effet, Google et Belgacom effectue une vérification du sérieux et du professionnalisme des entreprises qui souhaitent se joindre au mouvement. Mais ils insistent : il y a de la place pour tout le monde.

Articles similaires

21 Comments

  1. Thomas Verhulst

    26 mai 2011 at 14 h 50 min

    Vous ne pensez pas que cette démarche va plutôt créer de la demande? Un client a besoin d’être écouté, guidé…et c’est pas avec les 10 modèles différents que les sociétés vont réellement se différencier… Seuls les sociétés qui ne veulenet vraiment pas investir vont s’engoufrer la dedans? Non?

    • spartan

      26 mai 2011 at 16 h 22 min

      Peut-être ou peut-être pas, mais cela permettra avant tout à des personnes qui n’ont pas les moyens de s’offrir un webmaster couteux d’avoir une fenêtre sur le net.
      Cela ne veut pas dire qu’ils feront d’office concurrence et baisseront les prix pour ceux qui ont les moyens de s’offrir ce genre de services.

  2. Lou

    26 mai 2011 at 14 h 57 min

    Ce trio “offre” un site builder très basique et peu adapté à une vitrine commerciale avec des templates peu originales, des outils gratuits et une adresse en .be.

    Pour les détails trouvés sur leur site …
    Service : Belgacom Bizz SiteBuilder
    Espace Web : 100 MB
    Trafic de données : 5 GB/mois
    Prix/mois (gratuit 6 premiers mois) : €4.00

  3. Dominique

    26 mai 2011 at 15 h 22 min

    D’autre part, je suis indépendant et me réjouis de cette démarche. Non messieurs, aujourd’hui, en 2011, je n’ai pas envie/les moyens de mettre 5000€ (prix minimum qu’il me serait probablement demandé dans les agences susmentionnées) pour un site web.

    • John

      26 mai 2011 at 15 h 47 min

      Dominique,

      quel que soit votre métier, je vous garantis qu’avec une réponse comme la vôtre, je n’aurai pas envie de débourser un franc pour vos activités. J’imposerai qu’elles soient gratuites !

      Tout travail mérite salaire, c’est un peu bateau, mais il n’y a rien de plus vrai !

    • Vinch

      26 mai 2011 at 17 h 09 min

      Et bien mon cher Dominique, tu auras un bon site de merde, je peux te le garantir. Un site Web peut-être quelque chose de très complexe. Il faut arrêter de penser qu’un site Web est quelque chose de simple. Et arrêter de le faire croire aux gens. Une bagnole, c’est pas gratuit, refaire une toiture, c’est pas gratuit, faire un site Web, c’est pas gratuit ! De toute façon, les gens ayant ce genre de mentalités ne sont pas les bienvenus dans les agences Web respectables.

    • Alexandre Plennevaux

      26 mai 2011 at 20 h 53 min

      Dominique, sais-tu que pour jouir de l’offre “gratuite” de Google et de Belgacom (célèbres bienfaiteurs mondiaux) il te faudra valider ton inscription par un SMS et un long formulaire te demandant le plus de détails possibles afin de pouvoir le revendre à des boites de télémarketing basés en Tunisie, dont un certain Jean-Michel avec un étrange accent méridional qui t’appellera à toute heure du jour et de la nuit pour te proposer sa super promotion de vins sulfités, 3 caisses pour le prix de 2 ?

      Ne pas investir dans un site internet taillé sur mesure à tes besoins aujourd’hui, soit tu es en fin de carrière, soit ta carrière va bien plonger dans les mois qui viendront. Et c’est pas Cette pseudo offre qui te permettra de redresser la barre. Désolé d’être cru, c’est pour ton bien. Un bureau de Web aujourd’hui c’est également de précieux conseils stratégiques sur ta présence en ligne. C’est aussi important qu’un bon comptable.

  4. eKooz

    26 mai 2011 at 15 h 40 min

    Je viens de voir en détail le site d’exemple de vente en ligne. Je crains qu’il y ait bientôt une fameuse confusion des genres chez les clients. Alors oui, la plateforme est gratuite, oui le nom de domaine est gratuit, oui c’est facile de démarrer un site mais le problème n’est pas là. Ce même client, regardant la démo, va imaginer que tout ceci est gratuit et qu’il n’a plus rien à faire. Au lieu de cela il va cette fois se retrouver seul pour abattre 3 mois de boulot (retravailler les images, trouver les couleurs harmonieuses, se faire conseiller sur une structure gagnante, etc…).

    La plateforme n’est pas le problème. Enregistrer un document MS-Word en HTML, postez cela sur un hébergeur gratuit et vous venez de faire votre premier site.

    Je crains que c’est un peu court de réduire un site internet à un outil.

    Là ou je suis très content : ce seront incontestablement de futurs clients pour les agences.

  5. Rubbik

    26 mai 2011 at 15 h 45 min

    Bonjour,

    Nous avons réalisé le site utilisé en référence “Outlet-Avenue” et je peux vous garantir que ce n’est pas un site gratuit développé avec l’outil dont il fait la publicité!

    Outlet-Avenue travaille bien avec Bpost mais uniquement dans le cadre des livraisons et de la logistique.

    Afin d’éviter toute publicité mensongère, nous avons contacté le responsable du site Internet pour qu’il supprime cette publication.

    En aucun cas nous ne voulons cautionner ce genre de publicité :-)

    • Thomas Verhulst

      26 mai 2011 at 16 h 14 min

      En voilà un sujet avec lequel il faudrait attaquer et répondre à ce sujet! A Zoé de York de jouer!

  6. Didier

    26 mai 2011 at 15 h 46 min

    Je m inquiète pas plus de ce genre d’offre. D’abord assez trompeuse par rapport au site donné en exemple (Je connais bien l’agence qui a développé ce site et le budget était on ne peut plus conséquent) et ensuite vu le qualité des services données par Belgacom ou Google pour les petites structures en général, ca ne coutera peut être pas chère, mais le client ne devra pas espérer grand chose…
    A la limite, cela permettra peut être de faire comprendre au petit client qu’un minimum d’investissement est nécessaire…

  7. spartan

    26 mai 2011 at 16 h 10 min

    En quoi offrir des prix compétitifs est une concurrence déloyale ?
    La concurrence déloyale par définition inclue l’usage de la tromperie, de la force ou de connivences avec les autorités pour désavantager la concurrence.

    C’est seulement de la concurrence, qui bénéficiera aux clients, aux PME.

    C’est juste qu’ils n’apprécient pas de devoir s’y adapter et agissent comme les marchands de chandelle.

    Messieurs les moines-copistes, il va falloir vous adapter à l’imprimerie. Vous verrez, ce n’est pas si difficile que cela dès qu’on accepte ce fait.

    • Maxence Cupper

      26 mai 2011 at 16 h 45 min

      Tout à fait d’accord avec vous, l’offre en elle même est louable.
      Je tiens juste à attirer votre attention que ce n’est pas en publiant qq pages de plus au sein des milliards qui existent déjà que qu’une PME rejoint l’Eldorado ;-)
      Il a beaucoup d’éléments à prendre en compte, la génération de trafic, la conversion en leads effectifs, le positionnement, les objectifs, le ROI de vos campagnes…
      Tout ça mérite toujours et pour encore longtemps un accompagnement et un conseil professionnel.

    • Tareta

      27 mai 2011 at 6 h 34 min

      Il y a concurrencer et saboter un marché.

    • Gilles B

      27 mai 2011 at 7 h 03 min

      Concurrence déloyale ?
      En parlant de BePost, Google et Belgacom ?

      Justement trois entreprises qui n’ont qu’un no man’s land de concurrence en face !

  8. titosimo

    26 mai 2011 at 17 h 01 min

    1/ Il y a eu de trop nombreuses agences ou de webdesigner qui ont abusés des petits clients par des budgets démesurés. Sans parler du manque de compétences techniques ou graphiques.
    2/ Il y a trop peu d’agence web créative et pratiquant des prix correctes et adaptées au PME.
    3/ L’entrepreneur wallon n’investit pas assez dans sa communication externe au sens large, pas que dans le web.
    4/ L’offre de Belgacom, etc… Rien de bien dangereux quand on regarde le service qu’il offre dans leur core business. C’est un coup de pub vide, rien de plus. Idem pour la poste!!!! Rien de neuf, Proximedia a déjà épuisé ce médiocre filon…
    5/ Ou se trouve la dimension de conseil et d’originalité dans l’offre du trio?
    6/ Les bons webdesigner sont et resteront des perles rares recherchés par les agences. Cela reste un superbe métier d’avenir pour les gens qui ont du talent.
    6/ Les seuls qui peuvent avoir un peu peur, c’est les petits arnaqueurs en herbes qui sabotent ce métier depuis des années…

  9. Ben

    26 mai 2011 at 17 h 05 min

    C’est a se demander si ce Frédéric della Faille sait de quoi il parle…
    Des services permettant de faire soi même son site web à partir de templates pré-faits existent depuis belle lurette.
    Souvent les gens qui utilisent ça ne considèrent pas leur site comme très important et se contentent des défauts (souvent nombreux) de ce genre de services, ou n’ont de toute façon pas les moyens de payer une agence web 5000€.

    Si ça l’inquiété tellement, il devrait peut être commencer par examiner le rapport qualité/prix des services offerts par son agence avant de vouloir porter plainte ou je ne sais quoi d’autre.

    Par contre entièrement d’accord avec le fait que le site présenté en exemple est carrément de la publicité mensongère.

    • Vinch

      27 mai 2011 at 18 h 20 min

      @Ben : Je pense que Fred sait très bien de quoi il parle, vu qu’il a lui-même créé un service en ligne permettant de créer ses pages Web gratuitement : http://www.checkthis.com

  10. Bob

    26 mai 2011 at 19 h 55 min

    Messieurs, vous égagez une telle estime de vous que j’ose sans peur de me tromper vous qualifier de mégalomanes. On se croirait au sein d’un CA d’une agence de pub milieu 80′s.
    Tout n’est qu’un éternel recommencement!

  11. mib

    28 mai 2011 at 13 h 05 min

    Freelance dans le domaine de la conception de sites, mes cibles les plus courantes sont ces mêmes entreprises visées par cette action, puisque, n’ayant pas les imperatifs financiers d’une agence, les tarifs que je peux proposer, bien que n’atteignant pas la gratuité, sont neanmoins étudiés pour ne pas faire pleurer les tpe et les indépendants, et leur permettre une presence, certes basique mais personnalisée et professionnelle, sur l’interweb…
    Je fais comment, moi, maintenant, pour justifier les dits tarifs, forcement devenus exhorbitants, et donc pour gagner ma vie? De mon point de vue, c’est bien de la concurrence déloyale et du sabotage de marché.

  12. StevenDem

    15 septembre 2011 at 22 h 26 min

    Je penses que le marcher est de toutes façon boucher par les jeux des prix déloyales. Le nombre de personnes qui propose un template installer avec le contenu pour “100€” tva comprise.

    Les clients dans tout les cas ne comprennent pas la différence sans une explication longue et fastidieuse

    Le vrai raisonnement est que (enfin j’espere ), les gens commenceront à réfléchir plus loin que je veux un site internet. ( cf striptease )
    A quoi sert un E shop à 500€ ou même gratuit qui ne vendra rien du tout

    Aller soyons positif, on est b****

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>