Polémique autour d'une photo de la tragédie haïtienne

Par posté le 11 avril 2011

La photo d’une jeune fille tuée lors du tremblement de terre en Haïti l’année dernière suscite le débat en Suède.
La polémique est d’autant plus vive que le cliché en question, ramené par le photographe Paul Hansen, a été primé par l’Oscar de la meilleure photo de l’année en Suède.
La photo de Paul Hansen, prise quelques instants après les faits, montre la jeune fille, 15 ans, juste après qu’elle ait été tuée de 3 balles dans la tête. “Pour moi, la mort de Fabienne et son histoire sont de puissants témoins des besoins minimaux de sécurité, avec ou sans le désastre“, témoignait en mars 2010 le photographe.
La polémique naît après la publication d’une autre photo, prise par un autre témoin sur place, le photographe Nathan Weber, qui monte la même réalité, vue d’un autre angle. Si les deux photographes ne se sont pas exprimés directement sur le sujet, les débats s’enflamment autour du métier de photojournaliste.

Parmi les autres photographes qui ont saisi cet instant de la mort de Fabienne Cherisma, d’autres ont reçu des récompenses dans leur pays, à l’instar de James Oatway, de Olivier Laban-Mattei, qui a reçu le Grand Prix Paris Match 2010, ou encore de , récompensé pour son reportage en Haïti.

La photo de James Oatway

La photo et l’histoire de Fabienne Cherisma ont fait le tour du monde pendant les jours qui ont suivi le tremblement de terre en Haïti. A lire notamment cet article sur le site du Guardian http://www.guardian.co.uk/world/2010/jan/26/haiti-earthquake-shooting-girl-story.
Une page Facebook “Fans of Fabienne Cherisma” lui est même dédiée.

Articles similaires:

44 Comments

  1. arpee

    11 avril 2011 at 18 h 14 min

    De plus, la position de la jeune fille semble avoir été mise en scène. Les objets ne sont pas à la même place. C’est proprement scandaleux !

    • simply_human

      11 avril 2011 at 18 h 57 min

      Qu’est-ce qui est scandaleux? Que cette jeune fille ait été tuée? La misère? ou que des photographes doivent faire des photos chocs pour vous rappeler de l’existence de cette misère et de la fragilité de l’existence dans certaines zones du monde?
      Pourquoi est-il devenu impossible de parler de la vie en dehors de notre monde feutré et riche s’il n’y a pas de sang et de larmes à montrer?
      Auriez-vous été intéressé par la vie de cette jeune fille par ailleurs? Peut-être le langage et la manière de produire des images sont-ils (en partie) le fruit de l’indifférence grandissante d’un monde repus et égocentrique.

      • simon

        11 avril 2011 at 21 h 02 min

        peut-être qu’il faut la recouvrir d’un drap par respect. Ce n’est pas une bête de foire…
        Même dans la mort on a droit à un peu d’intimité je pense.

      • autre humain

        12 avril 2011 at 11 h 57 min

        ce qui est scandaleux avant tout c’est que cet enfant soit morte c’est de ca dont on devrait parler, de pourquoi comment , comment l’éviter etc.. car les journaleux ils font leur boulot et malheureusement dans des conditions tragiques souvent dans certains pays, si on ne voyait pas la 2ieme photos ca serait passé différement ctte polémique, je trouve justement que c’est bien de voir la réalité d’une telle prise de vue et pour le prix c’est la vie qui continue autour de la misère comme d’habitude

    • Marzz

      11 avril 2011 at 19 h 09 min

      Et dans deux mois on va encore nous dire quoi ? que tout ça était monté de toutes pièces? Cette photo n’a aucun intérêt. Vraie ou pas, elle ne fait rien avancer.

  2. Matt

    11 avril 2011 at 18 h 40 min

    Tout à fait d’accord avec Arpee. La photo semble vraiment mise en scène.

  3. tatielily

    11 avril 2011 at 18 h 54 min

    effectivement cette photo est bien différente de l’affiche mais sachons que le scoop est la chose la plus importante pour un photographe qui va ven dre sa photo au plus offrant, ce qui n’est pas dit c’est pourquoi cette jeune fille a ét& tuée de 3 balles dans la tête alors que un tremblement de terre n’a que faire d’un fusil pour tuer quelqu’un

  4. Bobohill

    11 avril 2011 at 19 h 19 min

    Ca me fait gerber.
    j’ai cherché mais j’ai pas trouvé d’autre terme, désolé…

  5. ReOufti

    11 avril 2011 at 19 h 37 min

    On dirait des charognards autour d’une proie en Afrique. Métier merdique que celui-là!

    • Jipy Di

      12 avril 2011 at 1 h 12 min

      Pas d’accord, les journalistes et parmi eux les photographes de presse sont les témoins de notre époque; témoins dans les sens qu’ils témoignent et nous montrent le monde tel qu’il est … à condition d’être objectifs.

  6. Frederico

    11 avril 2011 at 19 h 40 min

    Je ne comprends pas. On parle du tremblement de terre mais cette jeune fille est morte de “3 balles dans la tête” ?? Etendue au sol, elle est mise en scène par des photographes qui se repaissent de la scène, persuadés d’avoir là une bonne image à vendre. Et d’autres imbéciles trouvent que c’est de l’art. Morbide et cupide.

  7. Pingback: JACQUESLUCIENNE VOUS SALUE

  8. Snow

    11 avril 2011 at 19 h 56 min

    Bien vu, Arpee.

    Les photographes auraient, au moins, pu prendre cette jeune fille en photo telle qu’elle était décédée; mettre un cadavre en scène est simplement dégueulasse et dépasse toute éthique.

    On ne peut pas tolérer que la mort -réelle- soit mise en scène comme cela; c’est tout bonnement inhumain.

    Un humain ne devrait jamais être considéré comme un objet, même mort.

  9. admin

    11 avril 2011 at 20 h 27 min

    Frederico,
    Sur base de ce qu’on a pu recueillir comme information à ce sujet, oui les photographes étaient là pour le tremblement de terre. A Port-au-Prince, les jours qui suivaient la catastrophe, le danger était pourtant à tous les coins de rue, ce qu’illustre la mort de Fabienne. C’est le sujet que voulait illustrer le photo reporter qui a signé ce reportage photo.

  10. Yann Lebout

    11 avril 2011 at 20 h 31 min

    Vous me faites bien rire… Un photographe de terrain est là pour prendre des photos. Il est payé pour cela, et il est payé pour ramener des clichés éloquent et parlant. Ce cliché est éloquent et parlant, les photographes ont donc bien fait leur métier. Je suis bien plus outré par la vendeuse de vêtement au H&M qui cautionne le travail des enfants en vendant des vêtements à des prix par lesquels il est impossible de rémunérer correctement tous les intermédiaire puisqu’elle participe à un système qui tue et détruisent des centaines de milliers de personnes. Alors que je ne vois même pas ce qu’on peut reprocher au photographe, je ne vois même pas en quoi il y a polémique.

    • Jack

      11 avril 2011 at 21 h 56 min

      Monsieur Yann Lebout est un abruti qui visiblement ne connait pas grand chose au métier de reporter.

    • Jipy Di

      12 avril 2011 at 1 h 14 min

      +1

  11. Frederico

    11 avril 2011 at 20 h 38 min

    Et bien si tu trouves ça marrant alors c’est parfait. Je trouve qu’on aurait dû attendre quelques jours avant de prendre la photo, le temps que les chiens errants et les asticots se régalent un coup. Et ensuite on l’a fout sur Rotten. Mais là c’est sûr, y’aurait pas eu de prix pour le photographe.

  12. admin

    11 avril 2011 at 20 h 54 min

    Le photographe Paul Hansen s’expliquait déjà en mars de l’année dernière sur les circonstances entourant la réalisation de la photo.
    http://prisonphotography.wordpress.com/2010/03/16/photographing-fabienne-part-seven-interview-with-paul-hansen/
    Cette interview remet plutôt bien la photo dans son contexte.

  13. Philippe

    11 avril 2011 at 21 h 31 min

    Regardez bien ces photos. Le corps n’est pas du tout dans la même position, les morceaux de meubles non plus. Ceci me semble démontrer une odieuse mise en scène, histoire que le cadre soit meilleur.

  14. Israel

    11 avril 2011 at 22 h 07 min

    La misère de cette jeune fille n’est pas une oeuvre artistique. Cette photo est tout simplement un scandale. Vous devriez en avoir honte, surtout cette mise en scène autour de cette misère.

    • Jipy Di

      12 avril 2011 at 1 h 16 min

      Et que dire alors des cadavres “plastiné” par un soi-disant artistes ?

  15. Photographe

    11 avril 2011 at 23 h 12 min

    Le photojournalisme n’est pas de l’art, c’est rendre compte par l’image de la réalité d’une situation, sans la compromettre. Ces photographes font simplement leur métier, qui est utile, nécessaire, difficile et mal rémunéré. Il y aurait bien plus à dire sur les paparazzi qui vous lavent le cerveau à coups de clichés de pseudo-célébrités complices.
    Il n’y a pas eu de mise en scène, le corps a été déplacé par des détrousseurs de cadavres, innombrables à Port au Prince après le séisme.
    C’est certes horrible mais c’est arrivé. Fermer les yeux n’y changera rien, au contraire.

  16. Jipy Di

    12 avril 2011 at 1 h 09 min

    La toute première photo est indiscutablement très “esthétique”. Celle où l’on voit tous les photographes shooter le corps de la malheureuse jeune fille mérite d’être primée au Pulitzer.

  17. Xavier Jansen

    12 avril 2011 at 4 h 16 min

    Et qu’allons-nous faire ? Qu’allons-nous faire au lieu de commenter la forme de cette photo ? Engager des poursuites contre les photographes qui l’auraient manipulee ? La verite creve l’ecran. Elle a ete assassinee, a 15 ans. L’angle de la photo, le deplacement des objets qui l’entourent ne changent rien a cette realite insupportable. Tous les parents le comprennent instantanement au plus profond de leurs entrailles. Comprendre c’est deja agir dit un confrere du Soir. Agissons plus. Si l’intensite de notre action pouvait egaler ne fut-ce que le dixieme de l’intensite de la douleur engendree par cette realite, les choses bougeraient, soyez-en surs. Une source d’inspiration parmi d’autres et un recueil d’hyperliens, pour mieux comprendre, pour mieux agir : http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/01/11/un-an-apres-le-seisme-faire-plus-pour-haiti_1464008_3232.html
    http://www.liensutiles.org/orghum.htm

  18. ddc

    12 avril 2011 at 6 h 03 min

    Ce n’est pas la photo de Paul Hansen qui me choque mais bien celle de James Oatway, qui montre que le corps a été manipulé (par lui ou par d’autres) : le bras a été descendu et les jambes ont été tournées (on voit d’ailleurs la poussière du sol sur la cuisse qui y reposait initialement). Une telle mise en scène est indécente pour la jeune fille assassinée et malhonnête vis-à-vis du métier-même de photographe reporter (ils ne sont pas sensés arranger la réalité comme ils en ont envie).

    La photo du groupe de photographes fait effectivement penser à une bande de charognards……

  19. Rif

    12 avril 2011 at 6 h 18 min

    Si les objets ont été bougés, c’est pour cacher cette marre de sang… pour que cela soit le moins trash possible, mais marquant tout de même…

  20. lerasse

    12 avril 2011 at 6 h 31 min

    Le metier d’un photo journaliste est de rendre compte de la realite et si la photo est belle, pourquoi pas ?
    Par contre, l’aspect mise en scene me choque profondement et la on touche a l’ethique du photographe. Le doigt sur le declencheur, il peut toujours decide ou non de prendre la photo “arrangee”.

  21. mertensclaude

    12 avril 2011 at 6 h 33 min

    D’un point de vue esthétique (art si on veut), la toute première photo est belle, c’est un fait. Il faut lire le texte pour savoir que c’est en Haïti et qu’elle a des balles dans la tête. La 2ème et 3ème photo sont épouvantables et font passer l’aspect esthétique de la 1ère loin derrière “autre chose”. On parle de reporters. Entre ces trois photos, laquelle est la meilleure photo d’information ? Pour moi, sans conteste, celle où l’on voit des photographes “de nos pays” avoir un comportement de charognards. Car le propos n’est pas de sensibiliser à la misère haïtienne, mais de satisfaire un besoin émotionnel (photos-choc) de nos populations. Les haitiens qui passaient par là, à ce moment-là, ont dû se sentir profondément humiliés, et ont dû se dire qu’ils n’avaient rien à attendre de sociétés aussi avides de distractions mortifères. A un point tel qu’on va jusqu’à modifier la position de la jeune fille, ce qui, à partir de ce moment-là, n’est plus de l’information et confirme la prédation. Comme la mort des autres nous rassure, on en redemande, car ces photographes répondent à une demande. Y a pas de quoi pavoiser…

  22. denis

    12 avril 2011 at 7 h 12 min

    La beauté n’est pas un fait, c’est subjectif. Ce que je vois sur cette photo c’est un cadavre qui ne représente absolument pas la misère et la tragédie d’Haiti. Ce n’est ni “éloquent” ni “parlant” pour reprendre les termes du poète ci-dessus. Un travestissement de la réalité, pris sous un certain angle et avec un souci évident d’esthétisme. De la manipulation qu’on a gratifié d’un prix. Consternant. Et bravo au photographe qui a osé montrer la supercherie en montrant la meute. Ca c’est de l’info qui dérange et qui remet en question.

  23. simply_human

    12 avril 2011 at 8 h 23 min

    Une photo n’est pas “belle”ou : elle a un langage qui parle. L’esthétisme est le code qui parle au récepteur: une photo nulle parle rarement (sauf les documents). Que diriez-vous si Zola ou Hugo avait écrit sans atours: auraient-ils mieux défendu la cause? Il est évident que le photographe doit composer un cadrage qui “fait sens” et qui est efficace. Quant aux manipulations du corps (Paix à l’âme de Fabienne), si les photo-reporters s’en étaient rendus coupables, le photographe qui dévoile ce qui apparaît pour vous comme une curée, ne se serait pas privé de le montrer.La meute de photographes est bien représentative de la meute de lecteurs qui ne s’intéresse qu’à du “croustillant”.
    Ce n’est pas la photo qui est un scandale, c’est la réalité qui est moche!

  24. Max

    12 avril 2011 at 8 h 24 min

    Le corps a été déplacé pour être dans la bonne position; les panneaux ont été ramassées sous le bras pour simuler un attachement sentimental; le filet de sang qui coule sur le béton a été nettoyé… les photographes ont donc utilisé le corps d’une jeune fille pour créer une nature morte, un tableau artificiel… ça doit être simple, s’il s’agit pas du corps de LEUR enfant… Grande honte à eux et à qui a recompensé ces images.

  25. La voix du silence

    12 avril 2011 at 8 h 33 min

    Faire une photo c’est de l’information, mettre en scène c’est de la désinformation.
    Le besoin de faire “une bonne photo” justifie-t-il de réduire une personne à l’état d’objet ?

  26. rtck

    12 avril 2011 at 9 h 08 min

    Extrait d’une interview du photographe :

    How was the atmosphere? How did others behave?
    The atmosphere was very fluid and potentially dangerous, a young girl had just been shot in the head by somebody, and we were standing in the same spot. What baffles me is that the looting continued around this poor girl and that some of the other looters stole money from her hand and poked the body so that she started to slide/roll down towards us (photographers) – it was a very tragic thing to witness.

    Autrement dit, ce serait des pillards qui auraient dépouillé cette jeune fille après sa mort, au point de faire rouler le corps vers les photographes …

    Dans un sens j’espère que c’est bien cela et que la photo n’a pas été mise purement et simplement en scène ce qui serait affligeant.

  27. carl

    12 avril 2011 at 10 h 13 min

    Ce genre de cliché fait en effet partie des clichés voyeurisme, ceux qui n’apportent rien, mais qui peuvent rapporter pas mal à ceux qui les réalisent. Le fric qui pue existe dans beaucoup de métiers, heureusement que tout le monde ne tombe pas dans le panneau. En plus ça sent la mise en scène à fond, écoeurant.

  28. Photographe

    12 avril 2011 at 11 h 43 min

    Le cliché qui montre les photographes au travail n’apporte rien, si ce n’est occuper ceux qui regardent le doigt quand on leur montre la lune.

    Personne ne note d’ailleurs que la jeune fille est une pilleuse, une charognarde abattue avec son maigre butin. Même si l’idéal reste encore d’aller secourir les vivants, mieux vaut encore prendre en photo les morts que de les voler.

  29. KingJu

    12 avril 2011 at 15 h 01 min

    La mort n’appartient à personne mais tout le monde s’en approprie, des photographes aux internautes, en passant par la famille, chacun à sa manière.

  30. silver simphor

    26 avril 2011 at 17 h 56 min

    Que voit-t-on une jeune fille noire vêtu d’une jupe rose gisant au sol, la tête ensanglantée et devant son cadavre 8 hommes
    blancs avec leurs appareils photo.

  31. Sarah Dqr

    3 mars 2012 at 11 h 41 min

    Je viens de tomber par hasard sur ce site et j’ai pris le temps de lire les commentaires.
    Je ne comprends pas combien l’on peut avoir une telle haine pour les reporters journalistes et les photographes et se contenter de critiquer leur travail alors que certains risquent leur vie afin de pouvoir raconter la guerre et la pauvreté à nous, pauvres riches dans nos cocons bien douillets.
    Les photographies sont très contrôlées et si vous regardez la photo avec tous les journalistes, vous voyez que des haitiens sont derrière et les regardent. Pensez-vous sérieusement qu’ils auraient permis à des “blancs” de retourner le cadavre pour en prendre de meilleures photos? Ce ne sont pas des animaux tout de même!
    En ce qui concerne cette foule de journalistes, il vaut mieux qu’ils prennent cette photo tous ensemble que faire la queue leu leu. Et s’ils sont tous de nationalité différente, cela aura permis de connaître cette jeune fille et de voir combien son sort est cruel. Et c’est grâce à ça que l’on bouge.
    Alors qui est à critiquer? Les journalistes qui font leur boulot ou nous qui attendons des informations aussi cruelles pour nous bouger et réagir?
    Personnellement, je préfère une foule de journalistes qui photographient ce genre de choses plutôt que ceux qui suivent la vie des stars pas à pas et qui ne donnent rien d’intéressant à part le fait qu’elles se soient acheté le dernier sac Hérmès en date ou les dernières Louboutin.

    • Renaud

      5 mars 2012 at 11 h 36 min

      Ils s’amusent avec un cadavre pour pouvoir gagner leurs sous et faire une zoulie photo. Y en a pas un qui en a profité ? Sa jupe est relevée (elle était peut-être encore chaude) et le corps à bougé (tiens, elle saigne encore de la tête ?). Ces journalistes qui “risquent leur vie” ne font pas leur métier. Ils fabriquent l’image en déplaçant le corps pour faire craquer l’opinion publique. C’est de l’info poubelle du même niveau que les paparazzis. L’information d’aujourd’hui est misérable du clebs écrasé pour la masse. Vous avez bougé dernièrement pour une info ?

  32. Photographe

    18 mars 2012 at 23 h 28 min

    Moi ce que je vois surtout, c’est qu’a défaut de vous avoir fait réfléchir sur la condition de certain peuple dans le monde et de votre tranquillité derrière un écran après avoir dégusté un bon Big MAC cette photo aurais bien fait parlé les CONS!

    R.C

  33. charles

    13 avril 2012 at 16 h 54 min

    Je ne vois dans cette illustration que le fantasme refoulé de l’homme occidental. Ce qu’il ne peut faire chez lui, l’excitation des limites affranchies le fait exulter. Au même titre que le sang attiraient toujours plus nombreux les adeptes des arènes de gladiateurs, les foules dopées par les exécutions en place publique,… Se demandent ils un seul instant, comment les faits seraient vécus dans un pays occidental. Oh non la grande raison que dictent l’hégémonie et le culte de la civilisation moderne et avancée aurait occulté leur esprit et leur bon sens aurait prôné le respect de l’humain, de la famille, et de toutes ces conneries qu’ils s’accordent mais qu’ils ne s’accordent pas à respecter dans les pays en voie de développement. Ces pays servent de terre d’expérience à la curiosité malsaine et au débridement de la nature humaine : l’armée, les industriels verreux, les marchands d’arme, aujourd’hui la vanité des reporters en course pour le pullitzer, des hommes en manque de chair à vif, la lie de la race humaine s’y engouffre pour assouvir ses fantasmes refoulés de sang, d’horreur. Les horreurs ne manquent dans les pays développés mais y a t’il ce même regard de ces journalistes fasse à la détresse des victimes ou de leur cadavres NON. Alors stoppe ces prétextes qui déguisent cela en art et je ne sais quels autres concepts d’information et de déontologie bien pensants.

  34. RTF

    17 mai 2012 at 18 h 59 min

    Cela traduit effectivement l’expression : “Le malheur de l’un fait le bonheur de l’autre” Qui aurait cru la mort brutale d’un être vivant allait faire autant d’honneur à d’autres être vivant?

  35. olivier

    14 octobre 2013 at 9 h 34 min

    Seuls les riches ont droit à leur intimité et au respect ???? Observer les reportages, dans aucuns pays riches, on ne montre pas de sang. Par contre, dans les pays tiers on y a droit.
    Que les journalistes respectent tout les hommes, riches et pauvres pour ce qu’ils sont, des hommes. D’autant que souvent ces “pauvres” sont plus respectables que ces riches….

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>